top of page

10 cols et ascensions à suivre sur le Tour de France 2023

Il va s'en passer des choses sur le Tour de France 2023, mais comme chaque année, on ne sait jamais vraiment où.. Ce qui est sûr, c'est que chaque ascension permet aux coureurs de créer des différences. Voici un focus des 10 cols et ascensions où la course risque de s'accélérer. Si aucun scénario n'est écrit à l'avance, il y a fort à parier que ces montées seront déterminantes. Décryptage des cols et ascensions à suivre lors de cette édition du Tour de France 2023.

10 cols tour de france 2023



Etape 1 (samedi 1er juillet) : côte de Pike - 2km à 10%


Côte finale de la première étape de ce Tour de France 2023, la côte de Pike est un vrai mur ! Sa place est en plus déterminante, positionnée à 10km de l'arrivée. De quoi tout faire péter ou lâcher les derniers hommes présents à l'avant. Un dynamiteur dans le final.





Etape 2 (dimanche 2 juillet) : Jaizkibel - 7,4km à 5,9%



Si il ne s'agit que de 7,4km à 5,9%, le Jaizkibel est bien le premier gros rendez vous de cette grande Boucle. Situé à 18km de l'arrivée, certains passages sont très raides. Si le Tour ne se gagne pas ici, il pourra laisser quelques précieuses secondes aux retardataires mal placé en bas. L'ascension devrait se grimper à une vitesse folle. Attention aux cassures. A découvrir en intégralité ici





Etape 5 (mercredi 5 juillet) : Col de Marie Blanque - 9,2km à 7,7%



Situé lui aussi à 18km de l'arrivée à Laruns, le col de Marie Blanque est un vrai raidard pyrénéen. Court, intense et très irrégulier. Voilà qui annonce une fin d'étape intéressante. Les 4 derniers kilomètres flirtent avec les 13% de pente moyenne. Un vrai défi. La descente est sinueuse derrière bien que roulante. Mais en début de Tour, démarrer avec des pourcentage affolants, attention aux dégâts ! A découvrir en intégralité ici.




Etape 6 (jeudi 6 juillet) : Cauterets - Cambasque 16km à 5,3%


De retour sur la route du Tour après des années à la cave, Cambasque revient avec ses "petits" atouts. Première arrivée au sommet dans les Pyrénées, les leaders du classement général voudront s'expliquer.

Si le démarrage du col est ultra roulant, la fin fera plus de dégâts avec ses irrégularités et changement de rythme. Les pourcentages passeront la barre fatidique des 7% devrait peser un peu. Il y en aura assez pour que les leaders s'expliquent et marquent leur territoire. Personne ne gagnera vraiment le Tour ici, mais un mauvais jour dans ces pentes, pourraient déjà le faire perdre à quelques uns. A découvrir en intégralité ici.



Etape 9 (dimanche 9 juillet) : Puy de Dôme - 14,2km à 7,5%



Il s'agit pour nous de l'attraction du Tour 2023. Après plus de deux décennies dans l'oublie, le Puy de Dôme fait son grand retour. Chantier terrible, l'ancien volcan présente près de 4km à 12% dont des sérieux passages à 20%. Qui plus est, situé en fin d'ascension. Ce monstre rugueux devrait forcément peser sur le général. Tous les leaders sont prévenus. Pas le droit à l'erreur.A découvrir en intégralité ici.





Etape 12 (jeudi 13 juillet) - Col de la Croix Rosier - 5.3km à 7,6%


Une étape qui pourrait réserver des surprises avec un enchainement de trois cols, dont le col de la Croix Rosier en juge de paix. Dommage que le sommet soit placé à 28km de l'arrivée mais il est certains que celui-ci aura un impact important sur l'étape.


Etape 13 (vendredi 14 juillet) : Grand Colombier - 17,7km à 7%


Le Géant du Bugey revient une nouvelle fois pour notre plus grand bonheur. S'il ne jouit pas d'une reconnaissance plus haute que ça, il s'agit pourtant d'un très solide col H.C. Seule l'altitude manque pour le rendre presque "ain"domptable. L'irrégularité du col ferait passer Simon Yates pour un coureur constant. Revêtement parfois douteux, montée sinueuse, nombreux virages, chaleur suffocante, le Grand Colombier sous ses aspects tranquilles avec ses 7,1% est d'une dureté à toute épreuve. Ses pourcentages affolants accolés à des replats ne laissent finalement aucun répit. La montée se fera à bloc. Le 14 Juillet, il se pourrait bien qu'il y est un véritable feu d'artifice ! A découvrir en intégralité ici.



Etape 14 (samedi 15 juillet) : Joux Plane - 11,6km à 8,6%


Dernière rampe avant l'arrivée finale à Morzine les Portes du Soleil, le col de Joux Plane possède une solide réputation. La veille, au Grand Colombier, certains auront laissé des plumes. Ca sera l'heure de la révolte. D'autant plus que l'étape s'annonce folle. 6 cols à gravir dont des beaux raidards. Courts et intenses. C'est fatigués que les coureurs se présenteront face à un des cols les plus durs de France. Lance Armstrong, le monstre, disait qu'il n'avait jamais autant souffert de sa vie sur un vélo que dans celui-ci. Richard Virenque disait la même chose. C'est dire !

Un col XXL avec un effort soutenu sur des pentes rarement en dessous des 8% dont des portions à 15%. De quoi attaquer à tout va ? A découvrir en intégralité ici.




Etape 15 (dimanche 16 juillet) : Le Bettex - 6,8km à 7,9%



Saint Gervais Mont Blanc - Le Bettex sera le final en apothéose de la 15ème étape. Sur des pourcentages noirs, quelques leaders devraient perdre des secondes. Avec un pied d'ascension très pentu, et une belle irrégularité, le Bettex pourrait avoir un rôle majeur dans la course au seconde. Montée courte, sèche, certains grimpeurs devraient peut être avoir du mal au détriment des grimpeurs puncheurs... ! A découvrir en intégralité ici.





Etape 16 (mardi 18 juillet) : Passy - Combloux (22 km) - Domancy - 2,7km à 8,5%



C'est un jour attendu avec ce fameux CLM en bosse. C'est la côte de Domancy qui a été choisi lieu de résidence de ce combat de titans. Avec ses pourcentages vertigineux, elle sera déterminante pour le général. Situé à 7km de l'arrivée à Combloux, elle marquera des écarts significatifs en chrono individuel. Il faudra derrière rouler encore 4km pour terminer l'étape. Ceux qui y laisseront trop d'énergie risque de le payer fort. Tandis que ceux qui ne la montent pas en plein régime risque d'avoir du retard à l'arrivée. Il faudra donc être au millimètre.



Etape 17 (mercredi 19 juillet) : La Loze - 27km à 6,3%


Peut être moins spectaculaire que le versant via Méribel avec ses toboggans de l'enfer, le col de la Loze via Courchevel marquera également le Tour. Dernière très grosse ascension alpine, son dénivelé, son altitude et ses pentes devraient avoir un rôle prépondérant dans la victoire finale. Col le plus dur de ce Tour 2023 avec un indice de 319, il y a fort à parier que sur les 27km, des fortes différences se feront, d'autant plus en fin de Tour. A découvrir en intégralité ici.




Etape 20 (samedi 22 juillet) : Belfort - Le Markstein (133 km) - Le Petit Ballon - 8,9km à 8,4% ou/et le Markstein - 7,1km à 8,3%


Sur la dernière étape avant les champs Elysées, les organisateurs ont placé deux gros morceaux alsaciens. L'un des deux, voir les deux seront déterminants. Peu importe leur retard ou leur avance, tous les leaders auront quelque chose à jouer, que ce soit pour grapiller des places au général, consolider leurs acquis ou simplement retourner le Tour de France. Etape dantesque en Alsace annoncée ! A quelques encablures de l'arrivée, le petit Ballon pourrait être le théâtre des premières grandes manœuvres avec ses 9km à 8,5% Fatigue, tension et pourcentage ardu, tout est réuni pour un avant dernier bouquet final explosif.



Etape 20 (samedi 22 juillet) : Belfort - Le Markstein (133 km) - Col du Platzerwasel 7.1km à 8.3%


Le Platzerwasel est le dernier col de la Grande Boucle. Final à 11%, pente sèche, col court, tout sera fait pour couronner le meilleur grimpeur. Si des échappées pourraient prendre la poudre d'escampette ce jour là, les leaders se battront après le Petit Ballon dans cet extraordinaire col. Finir le Tour de cette manière ne pouvait pas être mieux. Un col peu emprunté, très costaud. Voilà qui nous en voit ravi.









4 058 vues0 commentaire

Comments


Notez l'article
Je n'aime pasPas superBienParfaitJ'adore
bottom of page