top of page

Qui pour rivaliser avec les 4 fantastiques sur les Grands Tours ? 2/2

Les cinq derniers Grands Tours ont prouvé qu'Evenepoel, Roglic, Pogacar et Vingegaard étaient au-dessus des autres. Une raison pour les qualifier de quatre fantastiques en cyclisme sur les GT. Mais qui pourra rivaliser avec eux en 2024 ?


Qui pour rivaliser avec les 4 fantastiques sur les Grands Tours ? 2/2

Evenepoel, Roglic, Vingegaard et Pogacar ont depuis 2020 remporté 80% des GT. Seul Kuss a réussi à battre les 4 fantastiques lorsqu’ils étaient présents, Jai Hindley et Bernal n’ayant pas eu à les affronter.


  • Vingegaard (Tour de France 2022 et 2023)

  • Pogacar (Tour de France 2020 et 2021)

  • Roglic (Vuelta 2019, 2020 et 2021, Giro 2023)

  • Evenepoel (Vuelta 2022)

Certains diront que Evenepoel n’a pas encore gagné sa place à cette table mais c’est un tel ogre dans le peloton et il a un tel potentiel qu’il mérite de figurer dans cette liste. Alors qui pourra rivaliser avec les 4 fantastiques sur les trois grands Tours de la saison en 2024 et dans le futur ?


Le Giro, un obstacle trop grand en 2024 ?


La présence de Pogacar sur le Giro 2024 fait évidemment peur à tout le monde. Le Slovène, qui a pour objectif de doubler Giro/Tour cette année, peut néanmoins arriver un peu moins en forme au début, de sorte à ne pas perdre toute chance de remporter le Tour de France. L’avantage, c’est que le parcours est beaucoup moins dur que l’année passée. Mais cet avantage est aussi une opportunité pour ses adversaires, et notamment Geraint Thomas, excellent rouleur et bien décidé à remporter le GT italien, après avoir échoué face à Roglic en 2023. Le parcours pas trop difficile est un atout dans la poche du Britannique et il peut faire jeu égal voire mieux que Pogi sur les chronos, s’il est au top de sa forme. Le facteur X sera peut-être Cian Uijtdebroecks. Le jeune Belge, transfuge de Bora-Hansgrohe, a rejoint Visma cet hiver. Un transfert qui a fait grand bruit et qui permet logiquement d’imaginer Cian franchir un nouveau palier en 2024. Le problème majeur pour lui sont les chronos mais là encore, son passage chez Visma peut lui permettre de franchir un palier, à l’image de Jay Vine chez UAE.


++ Thomas

+ Uijtdebroecks


Le Tour de France, le challenge le plus corsé


Immense favori à sa propre succession, Jonas Vingegaard tentera de remporter un troisième titre d’affilé. Derrière lui, les trois autres fantastiques chercheront à le renverser, à savoir Evenepoel, Roglic et Pogacar. Si les deux Slovènes ont des arguments en montagne, Remco fera lui des chronos son objectif pour prendre un maximum de temps. De ce fait, que ce soit sur les chronos, en montagne ou sur les étapes vallonnées, les quatre fantastiques couvrent la plupart des étapes. On peut même rajouter sur les sprints, Jasper Philipsen, qui semble aujourd’hui intouchable et qui a effectué une démonstration sur le Tour de France 2023. Que reste-t-il aux autres ? Des miettes ? Mais qui peut dévorer ces miettes ?


Le premier nom est sans aucun doute pour nous Juan Ayuso. Au-delà de son potentiel énorme – rappelons qu’il est le plus jeune coureur à être monté sur le podium d’un GT depuis 1903 – l’Espagnol aura une équipe très forte autour de lui et pourrait profiter de la fatigue de Pogacar, tout juste sorti du Giro d’Italia. Son style correspond très bien à la Grande Boucle, lui qui est de plus en plus fort lorsqu’il enchaine les cols. Par ailleurs, il a démontré en 2023 de grosses aptitudes sur les contre-la-montre, remportant celui du Tour de Romandie et du Tour de Suisse.

Mais globalement, en dehors de la pépite espagnole, difficile d’imaginer un autre coureur pouvoir rivaliser. Carlos Rodriguez a néanmoins prouvé en 2023 qu’il ne cessait de progresser. Il est envisageable qu’il poursuive sa progression au point de rivaliser avec les meilleurs. On y croit en tout cas par rapport à Roglic , Evenepoel et même Pogacar mais difficilement face à Vingegaard.


On peut citer aussi Simon Yates, qui devra être dans un jour, enfin dans un mois époustouflant comme ça l’est parfois mais nous n’y croyons guère. Enfin, quid de Mas, capable de rivaliser avec Pogacar sur la fin d’année 2022 et début 2023 ? Il faudra pour cela qu’il évite les pépins, notamment les chutes, qui annihilent régulièrement ses chances. Mais si en montagne on peut imaginer qu’il soit au niveau, le retard qu’il cumulera sur les chronos sera lui irrattrapable.  


Il n’y a finalement que sur les sprints, où il y a une plus grande part d’aléatoire, qu’on peut espérer du suspense mais Groenewegen est trop irrégulier, De Lie trop tendre encore au sprint et les Démare, Bauhaus ou Pedersen sont un cran en dessous. Bref, même là, Philipsen semble bien au-dessus de la concurrence et pourrait à terme devenir un fantastique lui aussi.


++ Ayuso

+ Rodriguez, Yates S, Mas


La Vuelta, le GT le plus ouvert


La surprise Sepp Kuss l’an dernier nous laisse croire qu’il est plus facile de créer la surprise sur La Vuelta. Avec son parcours atypique, avec peu d’enchainements de cols, le Tour d’Espagne se distingue clairement des deux autres GT mais a tendance à rassembler tous ceux qui ont échoué sur le Giro ou le Tour. Ainsi, la startlist est ces dernières années démentielle au niveau du classement général et pour couronner le tout, le parcours semble encore plus difficile avec plus de 10 arrivées au sommet. Parmi les 4 fantastiques, seul Vingegaard est pour le moment annoncé mais il ne fait aucun doute pour nous que Roglic sera aussi au départ. Quant à Evenepoel, cela dépendra sûrement de son état de fraicheur après le Tour mais il devrait être prenable, surtout sur ce type de parcours.


A l’instar du Tour de France, les deux premiers noms qui nous viennent à l’esprit son Ayuso et Rodriguez, car les deux jeunes de 22 et 23 ans seront à domicile et pourraient doubler pour la première fois deux GT. Adam Yates aura lui son mot à dire, après avoir larbiné pour Pogacar a minima sur la Grande Boucle. Mais si le parcours lui convient en soit, il n’a jamais réellement brillé sur la Vuelta. Enric Mas lui, est un spécialiste de la Vuelta. 3e et 2e, il ne lui manque que la première marche du podium à son tableau de marche. Il aura le soutien de la meilleure équipe Movistar possible et peu de chrono pour l’éloigner de son objectif. Si il y a bien un Gt sur lequel on peut espérer d’Enric Mas, c’est bien le GT espagnol. Enfin, qui dit que Kuss ne refera pas le même exploit ? L’Américain ne semble pas contre l’idée de réenfiler le costume de leader mais Vingegaard a encore plus envie de réaliser le doublé Tour/Vuelta. Il n’y a peut être pas de cadeau deux fois de suite.


+++ Ayuso, Mas

++ Rodriguez, Yates

+ Kuss, Hindley, Almeida

 

1 011 vues1 commentaire

1 comentário


Convidado:
08 de fev.

Il manque le Giro 2023 pour Roglic.

Curtir
Notez l'article
Je n'aime pasPas superBienParfaitJ'adore
bottom of page