Top 10 des grimpeurs du 21e siècle : Pogacar, l'OVNI

Double vainqueur du Tour de France à seulement 23 ans, Tadej Pogacar est un véritable OVNI qui a fait sa place sans prévenir au sein d’une concurrence rude. De quoi entrer, déjà, dans le top 10 des meilleurs grimpeurs du 21e siècle.

A une journée près, l’histoire aurait pu être différente. A l’aube de l’avant-dernière étape d’un Tour de France signé du drapeau slovène, personne n’ose y penser. Après une lutte acharnée mais une supériorité certaine, Primoz Roglic va apporter à son jeune pays sa première Grande Boucle, consacrant ainsi une montée en puissance et la stratégie onéreuse de son équipe. Il aurait dû être l’homme de la saison. Mais l’impossible se produisit : si étincelant pendant 19 étapes, Rogla perd pied, secoué par une véritable tempête nommée Tadej Pogacar. Son jeune compatriote, brillant vainqueur de deux étapes, déjà en montagne, et 2e au classement à 1 minute, réalise une performance prodigieuse pour s’emparer, à tout juste 22 ans, du maillot jaune de leader. Une journée en jaune, à Paris, lui suffit pour remporter la plus grande course du monde, bien plus tôt que tout autre coureur au 21e siècle. Le début d’un règne en montagne.


Pourquoi lui ?


Tout porte à croire, au vu de sa fulgurante ascension et de son talent sans borne, que Tadej Pogacar sera le grand coureur des années 20 de ce nouveau siècle. Très bon rouleur et coureur complet, il est surtout exceptionnel en montagne, dès que la route s'élève. Le coureur d’UAE Team Emirates n’a pas mis longtemps avant de briller sur les courses à étapes, format pour lequel il était destiné. Vainqueur du Tour de l’avenir 2018, il a vite confirmé son potentiel chez les professionnels, puisqu’il s’est imposé dès sa première course en Europe, au Tour de l’Algarve. Sa progression fut régulière et fascinante, jusqu’à la Vuelta, lors de laquelle son talent fou a éclaboussé le public. Vainqueur de 3 étapes, toutes en haute montagne et au nez et à la barbe de favoris comme Roglic ou Valverde, il termine à la 3e place du général, à 20 ans. Une performance déjà prodigieuse qui laissait entrevoir une carrière glorieuse.


Depuis, il n’a cessé de dominer ses concurrents, réalisant même un sans-faute époustouflant en 2021. En seulement trois saisons chez les pros, il compile 30 victoires, dont 10 sur des étapes de haute montagne. Même lorsqu'il laisse la victoire aux échappées, il termine premier des favoris. Une véritable razzia pour le Slovène, visiblement pas rassasié. Par son style atypique, peu élégant mais diablement efficace, Poga a été sacré meilleur coureur de l’année 2021, et sans doute est-il aussi le meilleur grimpeur de cette saison. Sa victoire en grimpeur sur les montagnes italiennes sur le Tour de Lombardie a ponctué cette magnifique saison, lors de laquelle personne n'était plus aérien que lui en montagne.


Sa plus belle envolée : L’ascension du Grand-Bornand 2021, le Tour assommé


On dit souvent que le Tour de France ne se gagne pas en première ou deuxième semaine, mais plutôt qu’il se peut se perdre à ce moment-là. Pourtant, au soir de la 8e étape du Tour 2021, il semblait presque évident que Tadej Pogacar venait de remporter sa deuxième Grande Boucle. S’il n’a pas levé les bras sur la ligne, il a plus que dominé ses principaux concurrents, en attaquant dès le Col de Romme, à plus de 30 kilomètres de l’arrivée, avant le Col de la Colombière et la longue descente qui s’en suit. En deux fois, le Slovène a assommé ses adversaires. Sa première accélération les a tous lâchés sauf Richard Carapaz. Mais le hargneux Equatorien, déjà à bloc, n’a rien pu faire sur la seconde accélération du maillot blanc, quelques hectomètres plus loin. Littéralement laissé sur place, le coureur d’Ineos perdra du terrain sans cesse, pour terminer à plus de 3 minutes du Slovène.


Insatiable, ce dernier n’a d’ailleurs terminé qu’à 49 secondes de Dylan Teuns, vainqueur en échappée. Avec cette attaque tonitruante, il s’empare du maillot jaune et compte alors près de 5 minutes d’avance sur son dauphin, Wout Van Aert, et près de 6 minutes sur les autres favoris. Là où ces derniers ont coincé, Pogacar a volé, fusé malgré la route trempée. Une envolée massacrante et mémorable, sans aucun doute.


Encore jeune pour être plus haut… Pour l’instant


Trouver un défaut au prodige slovène est impossible, tant il domine tous les autres grimpeurs quand la route s'élève, mais la raison pour laquelle il ne figure pas plus haut dans ce classement est simple : même s’il gagne partout où il passe, il n’a « que » trois saisons dans les jambes, dont une saison raccourcie par la pandémie. S’il n’a pas perdu de temps pour remplir son armoire à trophée, celle-ci reste encore moins remplie que celles de ses concurrents dans notre classement. Même si nous nous osons rarement aux projections hasardeuses et que le futur est toujours incertain, il est fort probable de voir Pogacar poursuivre sa domination écrasante à l’avenir.


Et à ce rythme, le champ des possibles est étourdissant. Combien de fois lèvera-t-il les bras au sommet des cols ? S'envolera-t-il également sur les pentes transalpines lors du Giro ? Remportera-t-il la Vuelta, où il a déjà brigué 3 victoires en altitude ? Rien n'est déjà fait, mais le Slovène a le potentiel pour devenir, d'ici quelques années, le meilleur grimpeur du siècle.

1 660 vues

Posts similaires

Voir tout