Portrait d'Ethan Hayter, puncheur d'élite

Membre de la nouvelle génération dorée de Britanniques avec Tom Pidcock, Ethan Hayter représente l’avenir de son pays mais aussi le présent, lui qui a déjà accumulé 11 victoires en deux saisons chez les pros. A 23 ans, Ethan peut tout faire et possède une grande marge de progression.

Ben Turner, Tom Pidcock, Ben Tulett, la formation britannique d'Ineos Grenandiers est florissante et avec Ethan Hayter en son sein, elle possède peut-être sa plus belle fleur. Recruté en 2020 par l'équipe de Dave Brailsford, le coureur de 23 ans a marqué les esprits en 2021, avec 8 victoires. Décryptage d'un puncheur d'élite qui pourrait briller dès 2023 sur les Ardennaises.


Cador déjà chez les jeunes :


Après une première saison 2020 chez les pros perturbée par le Covid, Ethan Hayter a attaqué 2021 de la plus belle des manières. Après une belle troisième place sur le chrono de l'Etoile de Bessèges, il remporte sa première victoire de la saison sur la Settimina Internationale Coppi et Bartali. Une course qui révèle de nombreux jeunes talents depuis quelques années. Cette victoire va lancer une série de cinq courses à étapes dans lesquelles Hayter lèvera les bras au moins une fois. Au total, ses huit succès font de lui le meilleur scoreur de moins de 23 ans en 2021. Le plus fort dans tous ses succès, c'est qu'il les a remportés sur plusieurs terrains différents, démontrant sa polyvalence au plus haut niveau. Une polyvalence qui, dès les catégories de jeune, lui permettait de dominer régulièrement ses adversaires.


En 2018, il faisait déjà preuve d'une grande constance dans chacune des épreuves et sur le Tour de Grande Bretagne, il marquait les esprits avec deux top 10. L'année 2019 a été l'année de l'explosion. Celle qui lui a permis de valider son premier passage au sein de la Sky par un contrat pro pour 2020. Il remporte deux étapes du Baby Giro, les deux premières dont un prologue ainsi que la 3e étape du Tour de l'Avenir, avant d'être contraint à l'abandon. Mais ce fut suffisant pour qu'Ineos Grenadiers soit pleinement conquis. La suite de l'histoire, nous vous l'avons déjà contée.


Un profil hybride de coureur moderne :


Si nous devions le définir en une seule caractéristique, nous dirions qu'il est avant tout un puncheur. Explosif, puissant, il dispose de toutes les qualités pour être un redoutable finisseur, à l'image d'un certain Valverde. La plupart de ses victoires ont été obtenues de cette manière, comme sur le Tour d'Andalousie 2021 ou plus récemment sur la Coppi & Bartali 2022. Mais comme ce dernier, son profil ne se limite pas au statut de simple "puncheur".


Champion de Grande Bretagne du contre-la-montre, ses qualités de rouleurs sont de plus en plus visibles. 3e du Tour d'Algarve derrière Evenepoel et Küng, il rivalise déjà avec les meilleurs, même s‘il lui reste à franchir un palier pour les battre à la régulière.


Le combo parfait pour un puncheur, c'est d'associer à cette explosivité une belle vitesse de pointe. Et là encore, Hayter est un des premiers de la classe. Sur le Tour de Grande Bretagne 2021, il a notamment impressionné ses pairs en battant au sprint Giacomo Nizzolo. Nul doute qu'il est armé pour faire de grandes choses à l'avenir.


Il lui reste cependant encore des lacunes, notamment en montagne où il ne semble pas capable de jouer avec les grimpeurs, se faisant toujours très vite distancer. Une limite que certains imaginent qu'il effacera à l'avenir, à l'instar d'un Pidcock. De notre côté, nous n'en sommes pas sûr et nous l'imaginons plus progresser sur les pavés. Maintenant, il est au meilleur endroit chez Ineos pour franchir des paliers inattendus. Attention cependant à ne pas vouloir courir plusieurs lièvres à la fois.


Nos attentes : Un concurrent de plus sur les courses d'un jour


Si 2022 sera peut-être encore un peu tôt pour les Ardennaises, raison pour laquelle il n'est pas aligné cette année, La Flèche, L'Amstel Gold Race ou encore La Doyenne sont pour nous des objectifs à sa portée mais il devrait aussi pouvoir viser de nombreuses victoires d'étape voire un maillot distinctif en Grand Tour. Ses qualités de rouleur peuvent aussi lui permettre de viser un titre mondial, alors qu'il a déjà fini 8e en 2021.


Pour cette saison, on s'attend à ce qu'il gagne enfin en World Tour, en commençant sur le Tour de Romandie début mai. Des courses comme La Bretagne Classic ou les Classiques Canadiennes sont aussi des objectifs accessibles dès cette année. Mais nous nous attendons à ce que très vite, il puisse viser la victoire sur les Monuments, et même peut-être un jour sur le Ronde. Cependant, les deux Monuments qui lui correspondent le mieux restent Milan - San Remo et Liège-Bastogne-Liège. Wait and see mais ce n'est en aucun cas une mission impossible avec Ethan. Il pourrait aussi gagner sur les chrono et notamment les prologues.





304 vues

Posts similaires

Voir tout