Portrait : Biniam Girmay, la perle de l’Erythrée

Médaillé d’argent aux mondiaux 2021 espoirs, Biniam Girmay est en train de faire sa place parmi les grands espoirs du peloton. A seulement 21 ans, l’Erythréen incarne l’espoir d’un continent. Portrait.

Seule la victoire est belle. L’adage s’entend très souvent, peu importe la compétition, mais le sport retient également les belles histoires. Et dans la catégorie des belles histoires, celle de Biniam Girmay Hailu, né le 2 avril 2000 en Erythrée, occupe une belle place. Cette histoire, il l’a rendue célèbre aux yeux du grand public en septembre dernier. En un mois, le sprinteur-puncheur de la formation Intermarché Wanty Gobert Matériaux a remporté la Classic Grand Besançon Doubs, en résistant à Nairo Quintana et Thibault Pinot, avant de décrocher la médaille d’argent des Mondiaux sur route U23, en battant au sprint certains des meilleurs espoirs de la discipline comme Olav Kooij ou Michele Gazzoli. Il s’agissait alors de la première médaille d’un coureur africain aux mondiaux de cyclisme. Une belle histoire pour le natif d’un pays au plus mauvais indice de développement humain au monde.


Son début de carrière :


Pourtant, le jeune Biniam affichait au départ une préférence pour le football. « Tout le monde aime le sport en Erythrée, mais quand j’avais 10-11 ans, je préférais le football. Mon frère ainé pratiquait le vélo, et mon père m’a poussé lentement à pratiquer plus de sport et la course », confiait-il en janvier dernier depuis le camp d’entraînement de sa formation en Espagne. « J’ai commencé à rouler vers 13 ans. Mon frère me prêtait son vélo et j’allais chercher le café. Progressivement, j’ai ressenti la passion », poursuivait-il. Alors, son père lui offrit un beau vélo. A Asmara, la capitale érythréenne, Girmay profite des courses organisées tous les week-ends pour progresser.


C’est alors qu’à 18 ans, il intègra le Centre Mondial du Cyclisme, un programme de l’UCI pour encadrer et former des jeunes sportifs du monde entier pour leur permettre de devenir professionnels. Un véritable tremplin pour le jeune Africain, qui participe à de nombreuses courses internationales en Europe et en Afrique. Il s’offre notamment plusieurs succès en juniors comme la 1ère étape d’Aubel-Thimister-Stavelot, en règlant au sprint un certain Remco Evenepoel. Il s’offre un triplé aux championnats africains juniors (course sur route, chronos individuel et par équipes). En 2019, il s’impose sur la 3e étape de la Tropicale Amissa Bongo puis la 5e du Tour du Rwanda. Il ponctue cette belle saison par une 5e place sur la dernière étape du Tour de l’Avenir et tape dans l’œil de la formation marseillaise Delko, chez qui il s’engage.


Il y récolte rapidement des résultats prometteurs. Il remporte deux succès sur la Tropicale Amissa Bongo, puis termine 2e du Trofeo Laigueglia. Il obtient régulièrement des top 10 jusqu’au milieu de la saison 2021. Dès lors, il comprend que sa formation ne peut pas le retenir, malgré les espoirs placés dans cet « énorme talent avec un gros potentiel », dixit son directeur sportif de l’époque, Benjamin Giraud. Si ce départ ne permet pas au Team Delko de survivre, il ouvre à Girmay les portes du World Tour chez Intermarché Wanty Gobert Matériaux, qu’il rejoint. Très vite, il devient coureur protégé puis leader au sein de l’équipe belge. Il s’impose dès septembre à Besançon, avant sa belle perf’ aux Mondiaux. Son début de saison 2022 ne fait que confirmer les attentes et espoirs placés en lui.


Un sprinteur-puncheur fin et puissant :


Très complet, Biniam Girmay dispose de plusieurs atouts pour briller au plus haut niveau. Il a une très belle pointe de vitesse et une puissance assez étonnante pour son gabarit (1,84m pour 70 kg), ce qui lui permet de rivaliser sur les sprints massifs. S’il est encore loin des meilleurs sprinteurs, il a un beau potentiel dans l’exercice avec déjà deux top 10 en World Tour sur le Tour de Pologne et Paris-Nice.


Mais son atout phare est son punch et sa capacité à bien passer les courtes bosses, à la manière de Michael Matthews dans ses meilleures saisons. Il est même assez à l’aise sur les profils vallonnés, comme l’atteste sa victoire à Besançon fin 2021. C’est d’ailleurs sur ce même type de profil qu’il s’est imposé en tout début de saison au Trofeo Alcudia. Il possède même des références sur des profils montagneux chez les juniors, comme sur Tour de l’Avenir 2019, qu’il termine 5e devant Ilan Van Wilder ou Mauri Vansevenant, après les ascensions du Col de la Croix de Fer et vers le Corbier. Un profil caméléon, que résumait parfaitement Luc Cheilan, son entraîneur chez Delko : « il avait déjà marché en montagne sur une étape du Tour de l’Avenir, mais il a aussi vite battu André Greipel au sprint. Il a un profil atypique, il marche vraiment partout. »


Nos attentes :


Avec de telles qualités, Biniam Girmay devrait poursuivre sa progression en 2022 et décrocher de nouvelles victoires sur des courses d’un jour de catégorie 1.1. Mais on attend aussi qu’il réalise de premières grandes performances en World Tour. Il a par exemple le profil pour s’immiscer dans les 20 meilleurs sur Milan – San Remo, pour sa première participation cette saison. Girmay s’est montré à l’aise sur les routes italiennes, lui qui résiste bien à la chaleur et aux routes escarpées. Ensuite, il participera au 1er Grand Tour de sa carrière lors du Giro. L’occasion pour lui de tester sa résistance et son endurance sur trois semaines. Il pourrait y briller sur plusieurs étapes, notamment la première réservée aux puncheurs. Un top 10 est parfaitement envisageable, si ce n’est mieux.


A l’avenir, on l’attend particulièrement sur les Ardennaises, son profil étant parfaitement adapté à des courses comme l’Amstel Gold Race ou Liège-Bastogne-Liège. Il devrait jouer sur cette double carte de sprinteur-puncheur, même s’il ne devrait pas s’interdire de progresser en montagne. Bref, le champ des possibles est immense et Biniam Girmay marquera sans doute l’histoire du cyclisme africain, voire mondial.


Ses principaux faits d’arme :


- 1er Trofeo Alcudia 2022

- 4e de la 6e étape de Paris-Nice 2022

- 1er Classic Grand Besançon Doubs 2021

- 2e Tour du Doubs 2021

- 2e championnats du monde U23, course en ligne

- 3 étapes de la Tropicale Amissa Bongo 2019, 2020

822 vues

Posts similaires

Voir tout