Portrait : Marco Brenner, l'étincelle allemande

En quête d'un coureur capable de gagner sur les Grands Tour depuis Jan Ullrich et qui permettrait de raviver la flamme du cyclisme outre-Rhin, l'Allemagne fonde de grands espoirs sur Marco Brenner. Le jeune coureur DSM de 19 ans sait qu'il est attendu.



La nouvelle génération ne cesse de se révéler, de plus en plus jeune, et Marco Brenner en est le parfait exemple, en rejoignant le Team DSM à 18 ans. Grand espoir du cyclisme allemand, il est attendu comme celui qui "ravivera la passion" dans ce "grand pays de cyclisme" qu'est l'Allemagne, comme nous l'expliquait Christian Prud'homme. Il est évidemment encore un peu tôt pour parler d'un futur vainqueur du Tour de France mais le potentiel du coureur DSM parait immense.


Ecrire une nouvelle page de son sport en Allemagne


"Le Tour de France est vraiment la seule course qui apporte de l’attention de la part du public". Ces mots viennent d'Emmanuel Buchmann, 4e du Tour de France 2019. En Allemagne, le cyclisme n'est pas une tradition mais doit le devenir. Depuis l'histoire contrarié avec Jan Ullrich, les allemands n'ont plus le cœur au cyclisme mais n'attendent pourtant qu'un espoir pour à nouveau s'y plonger. A.S.O, en relançant le célèbre Tour d'Allemagne, espère faire renaître l'engouement de tout un pays. Marco Brenner peut donc être l'étincelle qui rallumera la flamme. Il y a pourtant de grands coureurs allemands ces dernières années, mais en majorité des sprinteurs. De Kittel à Greipel, en passant par Degenkolb, aucun n'est parvenu à déclencher les passions en Allemagne. Il y a certes Kamna et Schachmann mais aucun ne paraît en mesure de remporter le Tour de France. Est-ce que Marco Brenner en sera capable ?


Dans un cocon chez DSM


Habitué à faire éclore des coureurs de talents depuis quelque saisons, le Team DSM a orienté sa politique de recrutement vers les jeunes. Son équipe de formation tourne à plein régime et ils sont nombreux à franchir l'étape professionnelle au sein de la structure. Brenner, lui, est directement arrivé au sein de l'équipe pro et a déjà laissé entrevoir son potentiel. Une superbe 24e place sur la Flèche Wallonne a démontré qu'il avait de belles qualités de puncheur. Mais cette saison était plutôt vu comme une saison d'acclimatation, lui qui n'avait que 18 ans sur le Tour de Romandie.


Si DSM a décidé de miser sur lui, si tôt, c'est bien parce qu'il a obtenu de très bon résultat en jeune avec 10 victoires durant l'année 2019, dont deux classements général, notamment sur le Tour du Pays de Vaud, en Suisse. Il a aussi fait preuve d'une énorme régularité, rentrant systématiquement dans les 8e premiers du général (5 fois). Il n'a malheureusement pas pu beaucoup courir en 2020 mais n'a fait que des top 4 lors des quatre compétition auxquelles il a participé.


Taillé pour les courses à étape


Si Brenner a brillé sur les courses à étapes, c'est aussi parce qu'il a démontré de superbes qualités de rouleur. C'est simple, sur ses cinq derniers chrono chez les juniors, il est monté à chaque reprise sur le podium et a réussi à en remporter trois d'entre eux. Lorsque l'on connaît l'importance du contre-la-montre, on se dit qu'à ce niveau, Brenner devrait pouvoir faire bonne figure, voir mieux.


Cependant, rouler ne suffit pas, il faut savoir grimper mais là aussi l'allemand semble armé. Même si ce fut plus difficile en 2021, chez les pros, le coureur du Team DSM a dominé à de nombreuses reprises ses adverses en montagne, ainsi que sur de courtes arrivées en côte, pour puncheur. On sait que le passage des juniors au monde pro, sans passé par la case espoir, est un sacré bon en avant. Il est donc logique qu'il ait marqué le pas de ce côté là. Cette année, il fallait apprendre à emmener un gros braquet, accumuler des kilomètres et prendre de la confiance. Nul doute qu'à l'avenir, Marco Brenner sera d'attaque et l'Allemagne avec lui.


Nos attentes : Le vainqueur de Grand Tour que l'Allemagne attend ?


On voit grand c'est sûr mais le potentiel de Marco Brenner l'est tout autant. Gabarit léger, coup de pédale aérien, voilà comment décrire le jeune qui devrait donc être à l'aise en montagne et donc à sa place sur les courses à étape et les GT. Il peut donc devenir un redoutable grimpeur mais sa corpulence laisse entrevoir des difficultés sur les contre-la-montre. Seul l'avenir nous le dira. On l'imagine par ailleurs dans le coup pour la Flèche Wallonne, Liège-Bastogne-Liège ou encore le Tour de Lombardie.




77 vues

Posts similaires

Voir tout