• Titouan Lallemand

La fin d'une dynastie : La jeunesse au pouvoir

Mis à jour : sept. 1

Pendant plus de 10 ans, la génération 80-85 n'a laissé que des miettes aux autres. Les Valverde, Contador, Froome, Nibali, Rodriguez, Gilbert, Cavendish, Boonen, ont dominé le peloton, remportant la plupart des grandes courses, si bien que la génération 86 - 95 a eu de grandes difficultés à exister. Et ce, malgré des coureurs de grande qualité. Alors que l'ère de ces géants se termine, une nouvelle vague, très jeune, déferle sur le cyclisme, prête à tout emporter sur son passage.

Remémorons nous les faits. Nous sommes en juillet 2007, Alberto Contador remporte son premier Tour de France, à 25 ans. Un an plus tôt, Valverde réussissait le doublé sur les Ardennaises et devenait le premier Espagnol à remporter Liège-Bastogne-Liège, et reste à ce jour le seul. Sur les classiques du nord, un Belge du nom de Boonen évinçait d'un grand coup de pied ses adversaires en doublant Roubaix et Tour des Flandres. Une génération dorée était en train de prendre le pouvoir au sein du peloton mondial. 14 ans plus tard, une partie de cette génération est toujours là, mais se fait pousser aussi violemment qu'elle est arrivée, par une jeunesse triomphante et affamée de succès.


Une domination et une longévité incroyable :


Génération 80-85, qui sont-ils :

Rodriguez (79), Valverde, Boonen, Wiggins, (80), Contador, Gilbert, Cancellara (82), Nibali (84), Froome, GVA, Cavendish (85)


A partir de 2006, la génération 80-85 a dominé le cyclisme durant 13 ans ! Valverde étant le premier à éclore et peut être le dernier à s'éteindre, à plus de 40 ans. Durant ces années, 5 coureurs ont dominé le classement UCI (représentant les plus grandes courses du calendrier). Voyez plutôt :

2006 - Valverde 2011 - Gilbert 2016 - Sagan

2007 - Evans 2012 - Rodriguez 2017 - Van Avermaet

2008 - Valverde 2013 - Rodriguez 2018 - Valverde

2009 - Contador 2014 - Valverde 2019 - Roglic

2010 - Rodriguez 2015 - Valverde 2020 - ?


Sur 14 saisons, seul Evans, Sagan et Roglic ne font pas partie de cette génération. Pendant huit saisons, ce sont quatre noms qui revenaient en tête du classement, dont sept fois des Espagnols. En 2016, la génération 80-85 est tout de même présente avec Froome (1985), 2e de ce classement.


La domination ne s'arrête pas qu'au classement UCI, même si c'est déjà assez représentatif du poids qu'elle a eu sur le cyclisme moderne. En GT comme sur les classiques, il a fallu des exploits pour les déloger : 23 des 42 derniers GT ont été remportés par la génération 80. Contador, Nibali et Froome étant les principaux artisans de cette domination. Chaque année, pendant 14 ans, ce sont les mêmes noms qui revenaient pour le titre et qui trustait le podium et les top 10 (Valverde détient notamment le record de top 10 sur les GT : 19).


Sur les classiques vallonnées, la domination est aussi considérable (9 des 14 dernières éditions remportées par un 80-85, 8 des 14 dernières Flèche Wallonne). Valverde et Gilbert ont respectivement remporté 12 et 8 classiques soit plus d'une par an à eux deux !


La période des classiques du nord a aussi longtemps vu un match entre Boonen et Cancellara. Ces derniers ont remporté à 16 reprises Roubaix et le Tour des Flandres, sur les 28 dernières éditions, sachant qu'ils ont pris leurs retraites en 2017 et 2016 (ne prenant pas part au 6 dernières).

Enfin, sur le sprints, Mark Cavendish a dominé ses adversaires pendant 8 ans, gagnant 30 étapes sur le Tour, 15 sur le Giro et levant les bras à 146 reprises. Une véritable dynastie s'est installée entre 2006 et 2018, inhibant complètement la génération suivante, qui n'a récolté que des miettes.


Génération 86 - 94 : Lutter pour exister


86-94, qui sont-ils :

Thomas, D.Martin (86), Uran (87), Vanmarcke (88), Roglic, Landa (89), Quintana, Pinot, Dumoulin, Sagan, Bardet, Kwiatkowski, Aru (90), Yates,Jungels, Alaphilippe (92)


Avant tout chose, bien sûr que sur une décennie de coureurs, certains ont réussi à lever les bras sur de grandes courses, mais bien trop peu par rapport à la génération précédente. Dan Martin, rival de Valverde, a fini tant de fois 2ème derrière l'Espagnol que son palmarès aurait pu être bien plus étoffé. L'Irlandais possède pourtant l'un des plus beaux palmarès, avec une victoire à Liège et sur le Tour de Lombardie, mais il a fini 3 fois sur le podium de Liège et de la Flèche, à chaque fois battu par Valverde.


Combien sont les cadors de ce peloton à avoir pas ou peu gagné de grandes courses malgré leur potentiel ? On attendait monts et merveilles de la génération 90, qui devait éclipser les plus anciens mais il n'en fut rien. Quintana, Pinot, Bardet, Landa, Dumoulin, Uran, Kruisjwick, Kwiatkowski, Dumoulin, Vanmarck, Lampaert... des grands noms mais un palmarès moins étoffé qu'espéré. Certes, Quintana a remporté le Giro et la Vuelta, mais nous l'imaginions, à ses débuts, remporter le Tour de France à plusieurs reprises. Kwiatkowski a bien gagné Milan-San Remo mais jamais une Ardennaise, malgré ses qualités de puncheur. Pinot, Bardet, Landa sont souvent placés mais rarement gagnants. Tous ont été globalement dominé par Froome, Nibali, Valverde, Contador, Boonen, Gilbert and co.


Heureusement, la lumière est venue de trois coureurs : Peter Sagan, Julian Alaphilippe et Primoz Roglic. Les trois coureurs ont, depuis leur arrivée dans le cyclisme, été les seuls de cette génération, sur quasiment 10 ans, à venir se mesurer aux géants. Mais avant de l'emporter, ils ont aussi connu leur lot de déception. On pense à Alaphilippe qui fini deux fois d'affilée derrière Valverde sur la Flèche Wallonne et Liège avant d'enfin battre l'ancien champion du monde en 2018 ou encore à Sagan, qui a mis plusieurs années avant d'enfin remporter le Tour des Flandres et Paris-Roubaix, battu par Boonen et Cancellara notamment. Le cas Roglic est légèrement différent, étant arrivé dans le cyclisme sur le tard, et qui vient de remporter son premier GT. Ils sont donc les fers de lance de cette génération et ont dominé l'année 2019. Et ils seront les seuls à pouvoir perdurer dans le temps malgré l’émergence de la nouvelle génération, qui représente à la fois le présent et le futur. Il ne reste donc plus beaucoup de temps à cette génération pour prendre ce qui doit être pris.


La jeunesse triomphante (1995 - 2000) :


Nouvelle génération, qui sont-ils :

Van Aert, Van der Poel (95), Vlasov, Bernal, Sosa, Higuita, Sivakov (97), Pogacar, Almeida, Hirschi, Philippsen (98), Evenepoel (00)


Alors que la génération 80-85 semble enfin en bout de course, il était temps pour la génération 86-94 de prendre définitivement la relève seulement voilà, une tempête est arrivée sur le circuit mondial. Une nouvelle génération est arrivée en 2019 et elle est si forte, que ces deux prochaines années paraissent être les dernières opportunités pour la génération 86-94 de gagner de grandes courses (hors Sagan, Roglic et Alaphilippe).


Bernal, Pogacar , Evenepoel, Van Aert, Van der Poel (nous mettons WVA et MVP dans cette case car ils ont réellement commencé la route sur le tard) sont devenus, en un an, des terreurs sur le circuit. Remco remporte toutes les courses auquelles il participe, même si ce sont pas des courses World Tour, Pogacar a fini 3e de la Vuelta à 20 ans et Bernal a remporté le Tour à 22 ans. Un coup de massue pour les coureurs autour de la trentaine et dans leurs meilleures formes. Les déclarations récentes de Landa vont d'ailleurs dans ce sens : "Nous allons devoir profiter des opportunités avant que Remco Evenepoel ne devienne trop expérimenté, car dans deux ou trois ans, il sera impossible à battre." La jeunesse est là, elle n'a pas le temps d'attendre, et semble partie pour durer.


N'hésitez pas à partager l'article sur les reseaux sociaux :)


#Valverde #Froome #Cancellara #Nibali #contador #Rodriguez #Boonen #Pinot #Bardet #Wiggins #Dumoulin #Bernal #Evenepoel #Pogacar #MVP #WVA #GVA #Alaphilippe #Sagan #TDF #TDF2020 #Vuelta #Giro

121 vues
Logo vf4Bis2.png

NOUS SUIVRE

  • Twitter
  • Facebook - Gris Cercle

Par Romain & Titouan

Abonnez-vous à notre newsletter