• Romain Bougourd

Maximilian Schachmann : « Un an avec le maillot arc-en-ciel, ce doit être vraiment génial »

Vainqueur de Paris-Nice pour la deuxième fois consécutive, l’Allemand Maximilian Schachmann a terminé son premier bloc de la saison avec trois top 10 sur les classiques Ardennaises. Il s’est confié à VéloFuté sur ses objectifs de carrière, son début de saison et son regard sur le cyclisme allemand.


Vous sortez d’une belle campagne ardennaise, en finissant dans le top 10 à trois reprises [3e à l’Amstel Gold Race, 10e à la Flèche Wallonne et 9e à Liège-Bastogne-Liège]. Êtes-vous satisfait ou déçu ?

« Je suis content de ma performance, mais les résultats n'ont pas tous été ceux que j'espérais. J'ai donc des sentiments mitigés. Mais je ne suis certainement pas déçu.


De quoi avez-vous encore besoin pour gagner une grande classique ?

Tout doit bien se goupiller, on l’a encore bien vu la semaine dernière. Si vous n'êtes pas à 100% en bonne position et en bonne forme, à la fin il peut vous manquer le dernier pourcent pour gagner. Je pense qu’en termes de performance, je fais partie des meilleurs, mais pour être au sommet, on ne peut se permettre aucune erreur.


Vous avez remporté Paris-Nice deux fois de suite. Avez-vous d'autres objectifs pour les courses à étapes maintenant ?

Les courses à étapes plus courtes me conviennent très bien, cela restera mon objectif. Nous verrons à l'avenir comment cela se présente lors des Grands Tours.



Avec vous, Pascal Ackermann, Emanuel Buchmann et Lennard Kämna, le cyclisme allemand a de nouveau du succès. Ressentez-vous une plus grande attention en Allemagne ?

En fait, malheureusement, l'attention est encore très concentrée sur le Tour. Bien sûr, il y a aussi des articles sur d'autres courses, mais pas assez à mon goût. Je ne pense pas que beaucoup de gens en Allemagne puissent s'identifier à ma victoire sur Paris-Nice, c'est dommage.


Les Allemands ont remporté 4 Grands Tours dans l'histoire (1 Tour de France, 3 Vuelta). Pourquoi jamais le Giro ? Emanuel Buchmann pourrait-il devenir le premier vainqueur allemand du Giro ?

Honnêtement, je ne peux pas expliquer pourquoi aucun Allemand n’a encore remporté le Giro. « Emu » s’est super bien préparé et je pense qu'il jouera les premiers rôles. Son objectif est le podium, je pense qu'il peut le faire. Il faudrait que tout se passe absolument parfaitement pour qu'il gagne. Mais ce sera certainement une course passionnante.


Pensez-vous pouvoir réussir en tant que coureur de Grand Tour ? Quel Grand Tour correspond le plus à vos qualités ?

Je pense avoir un certain potentiel, mais je ne sais pas jusqu'où je peux aller. Je pense que le Tour de France est le Grand Tour qui me conviendrait le mieux, car je pourrais plus profiter de mes qualités en contre-la-montre.


Primoz Roglic et Tadej Pogacar ont montré qu'on pouvait gagner des Grands Tours et des classiques. Est-ce également votre objectif en tant que cycliste ?

Bien sûr, en tant que cycliste professionnel, vous voulez gagner toutes les grandes courses. Mais les aspirations et la réalité divergent souvent, et il est très difficile de coupler les deux préparations.


Quelle course rêvez-vous de remporter ?

Un rêve serait le titre de champion du monde. Un an avec le maillot arc-en-ciel, ce doit être vraiment génial.


Quelle est votre course préférée ? Pourquoi ?

Avec mes succès, Paris-Nice a particulièrement grimpé dans mon cœur, mais aussi Liège. Les Strade Bianche et le Tour de Lombardie sont des courses spéciales. J'aime simplement le parcours et l'atmosphère. Enfin bien sûr, le Tour de France a une signification particulière pour chaque professionnel.


Le Tour des Flandres sera-t-il un objectif important pour vous à l'avenir ?

La course me plaît et elle me convient très bien. Mais la possibilité d'en faire un objectif pour l'avenir dépend également du calendrier de la saison. Cela me paraît impossible de rouler au plus haut niveau et d’être au top pendant 4 mois, il faut planifier soigneusement et parfois réduire son calendrier. Ce n’est pas pour tout de suite.


Quels sont vos prochains objectifs cette saison ?

Les Jeux olympiques de Tokyo. C'est là que se concentre toute mon attention maintenant.


Comment vivre les courses sans spectateurs ?

Eh bien, c'est une grande différence et les fans me manquent. Mais il faut dire qu'en tant que cyclistes, nous pouvons être très heureux que notre sport fonctionne bien malgré la pandémie. »

238 vues