Découverte de Col H.C : Montagne de Lure

Après Paris-Nice, c'est au Tour de Provence de mettre à l'honneur la Montagne de Lure. Evoluant dans l'ombre de son mythique grand frère le Mont Ventoux, cette montée a rarement été empruntée par les professionnels et n'est vraiment connue que des locaux et autres passionnés de vélo. Elle a pourtant beaucoup à offrir. Son emplacement, sa faible fréquentation et sa difficulté relative en font un véritable paradis pour les cyclosportifs. Vélofuté vous décrypte cette ascension.


Un peu d'histoire


Les coureurs présents sur le Tour de Provence 2022 affronteront, en guise de bouquet final, les pentes de la Montagne de Lure, une ascension de 13,4 km à 6,7% située à 1570 mètres d'altitude (le sommet étant situé à 1826 mètres). Rarement empruntée par le peloton, elle constituera l'attraction principale de la compétition. Si le Tour n'y est jamais passé, elle a pourtant récemment connu son heure de gloire sur Paris-Nice puisqu' ASO y avait fait étape par deux fois.

Souvenez-vous : en 2009, c'est Contador qui s'était magnifiquement imposé devant Franck Schleck et LL Sanchez, futur vainqueur de l'épreuve. En 2013, Richie Porte y avait construit sa victoire finale en contrant Andrew Talansky dans les deux derniers kilomètres.

Depuis, la Montagne de Lure s'est faite rare dans les tracés des organisateurs. C'est donc avec plaisir qu'on la retrouvera sur le prochain Tour de Provence, avant peut-être de la voir à l'affiche d'un prochain Tour de France ? Christian Prudhomme et Thierry Gouvenou, directeurs de l'épreuve et avides de nouveautés, apprécieront sans doute le challenge proposé aux coureurs…


L'ascension


Située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence, elle appartient à la même formation géologique que le célèbre Mont Ventoux. C'est pour cela que Lure est souvent considérée comme la petite sœur du Mont Chauve : on retrouve au sommet cette même ambiance lunaire et désertique.

Il est possible de grimper au sommet via deux versants. Le versant nord, depuis la vallée du Jabron, offre une longue ascension de 25km pour une pente moyenne de 5%. Le versant sud, au départ de Saint-Etienne-Les-Orgues, propose 18km de montée à 6% de moyenne. C'est ce dernier versant que les coureurs emprunteront et que nous vous proposons de découvrir.


L'ascension peut se diviser en 3 grandes parties


Après la traversée du village de Saint-Etienne-Les-Orgues et un premier kilomètre à 8,5%, l'ascension débute avec une route très large au profil vraiment régulier. Le premier tiers de la montée traverse la forêt domaniale de Lure, une belle forêt de cèdres, avec des pourcentages évoluant entre 5 et 6 %. Les nombreux virages en épingle vous permettront de reprendre votre souffle ou relancer l'allure, selon votre niveau ou votre envie de décrocher vos copains !


La route se cabre d'avantage au niveau de l'Abbaye Notre Dame de Lure. La végétation se fait de plus en plus rare, le soleil et la chaleur peuvent se faire sentir sur cette seconde portion. Jusqu'à la petite station de ski, vous aurez environ 5 km plus sévères, oscillant entre 6 et 7 % avec quelques raidillons.


Une fois la station passée, vous allez pouvoir retrouver progressivement l'ambiance typique du Ventoux : la végétation disparaît pour laisser place à cette rocaille blanchâtre. Vous aurez alors 4 km à parcourir pour atteindre le sommet. Les pourcentages retombent entre 2 et 3 %, mais le revêtement bien granuleux rend la fin du parcours plus complexe qu'elle en a l'air. Attention également au vent, qui peut ajouter une dose de difficulté supplémentaire !


A la différence du Ventoux, le final est plus simple et vous permettra d'apprécier grandement le panorama qui s'offre à vous, à 1 746 mètres d'altitude. La vue est exceptionnelle, des Écrins au nord jusqu'à la Sainte Baume au sud, on embrasse une bonne partie de la Provence.


Le conseil Vélofuté


Vous l'aurez compris, la difficulté de cette ascension réside plus dans sa longueur - 18km tout de même - que dans ses pourcentages moyens. Mais attention, vous évoluez en montagne : l'altitude, la météo et évidemment votre degré de préparation physique peuvent rendre cette montée plus pénible qu'annoncée ! Un braquet 34x28 pour les amateurs sera largement suffisant pour se hisser au sommet. Les cyclistes aguerris pourront utiliser cette ascension pour des exercices spécifiques mais si vous découvrez ce col, nous conseillons de partir au train, sans vous mettre dans le rouge. Roulez sans à-coups et de manière régulière. Cela devrait bien se passer !


Moins fréquentée que le Ventoux, la Montagne de Lure mérite le détour et coche toutes les cases du cyclosportif : le challenge physique, le calme, l'altitude et le panorama.

Le 13 février prochain, il faudra être devant sa TV pour assister à l'arrivée du Tour de Provence et découvrir ce coin encore trop méconnu des cyclistes !

Avec un degré de difficulté de 275 points sur notre classement des cols, le Signal de Lure figure parmi nos 50 cols les plus difficiles de France à l'heure actuelle.



863 vues

Posts similaires

Voir tout