Edito : Good Bye Tony

Tony Martin a mis un terme à sa carrière en 2021 après 16 années professionnelles. Un monument du cyclisme que les plus jeunes ont connu en tant qu'équipier, en fin de carrière. C'est pourtant l'un des meilleurs rouleurs. Merci et bonne route Tony.

Certains coureurs nous marquent par leurs envolées en montagne, d'autres par leur puissance dans les sprints, d'autres par leur gentillesse. Tony Martin est l'un d'entre eux. Nous avions eu le plaisir de le rencontrer en 2012, à l'arrivée du prologue de Paris-Nice à Saint-Remy-les-Chevreuse. Souriant, avenant et amical, l'Allemand avait pris le temps de discuter avec deux jeunes, dont les yeux pétillants transpiraient la passion et la reconnaissance de passer du temps avec un tel champion. Ce jour-là pourtant, il n'avait pas vraiment brillé. 25e sur la ligne, il était très loin de répondre aux attentes, lui qui, à cette époque, aurait dû remporter ce chrono. Cela ne l'a pas empêché pour autant de nous accorder un peu de son temps, et une photo, qui restera gravée pour deux apprentis journalistes. Une gentillesse aux antipodes d'un autre coureur, français, qui n'avait pas daigné s'arrêter.


Mais Tony, le grand Tony, n'était pas qu'un coureur sympathique, c'était aussi un monstre de puissance. Une horloge qui matraquait les pédales sans retenue, pour lui ou ses leaders, remportant 67 victoires lui valant la 16e place des meilleurs coureurs en activité. Quadruple champion du monde du contre-la-montre, 10 fois champion national de la même discipline, "Tony Panzer" de son surnom, aura été l'un des meilleurs rouleurs de l'histoire mais pas que. Resterons aussi en mémoire ses barouds d'honneurs mémorables dont cette après-midi tragique, sur la Vuelta 2013. Parti dans une aventure vouée à l'échec, seul au kilomètre 0, Tony Martin sera repris à 50m de la ligne. Il a créé le suspense à lui seul et fait vibrer l'ensemble des passionnés de vélo. Car oui, ce n'est pas que dans les victoires que l'on se rappelle des champions mais aussi dans les défaites. Celle-ci fut une défaite en course mais une victoire dans les cœurs.


Sa fin de carrière fut moins fournie en succès personnels mais riche en tant qu'homme, sur le plan individuel et collectif. Il s'est sacrifié pour ses leaders, comme Primoz Roglic, aussi bien dans les victoires que dans les défaites, et son statut de capitaine de route du peloton restera comme une marque de respect à son égard. Nous n'oublierons pas de parler de son courage, mis en exergue sur le Tour de France 2021, causé par "Opi et Omi", qui ne l'aura pas empêché de terminer l'étape et poursuivre sa route encore quelques jours, avant de connaître une énième chute, cette fois-ci rédhibitoire pour ses forces physiques et morales.


Tu a été un champion comme il y en a peu, aussi bien sportivement qu'humainement et nous te souhaitons bonne route pour la suite de ta vie.

Gratulation für deine erfolgreiche Karriere, Weltmeister. Good Bye Tony !

234 vues

Posts similaires

Voir tout