Découverte du Barrage de Cap de Long : L'Eaudyssée

A quelques encablures de Saint Lary Soulan, vous trouverez un ensemble d'ascensions exceptionnelles et différentes en tout point. Le Col de Portet, Val Louron - Azet, le Pla d'Adet.. tous ces noms résonnent Tour de France, maillot à pois, échappée belle. A quelques mètres de ces mastodontes de la Grande Boucle, sommeille un autre géant. Au Sud du village en direction de la station de Piau Engaly se trouve le barrage de Cap de Long. Découverte d'un lieu des plus merveilleux des Pyrénées.

Menant à la magnifique réserve naturelle du Néouvielle et ses lacs plus bleus que les yeux de Marion Rousse, la route D929 est sinueuse. Elle permet également de rejoindre le Barrage de Cap de Long en plus du lac d'Oule, du lac d'Aubert et du lac d'Aumar.


Depuis Pont de Mounang - 15,2km à 7,1% - Indice de difficulté 308


L'ascension se réalise en 2 temps.

Il est possible de partir de Saint Lary Soulan en direction de Piau Engaly pour démarrer le col mais cette portion de D929 jusqu'au Pont de Mounang n'a aucun intérêt. La route est large, rectiligne et très empruntée. On vous déconseille. On vous invite à partir du lieu dit "Pont de Mounang" situé à l'intersection de la départementale et de la route menant au barrage. Il y a des parkings disponibles pour déposer son véhicule.

La première partie est une alternance de faux plats montants et de petits coups de culs, largement surmontables. Sur une route qui est dans son jus, le rendement est horrible. Mais c'est ce qui fait le charme de ces ascensions hors du temps. Ici, on oublie Strava, son compteur. On n'est là que pour savourer, pour naviguer sur ce revêtement comme si un bâteau devait faire face aux vents et à la houle. Sur cette route taillée dans la roche, bitumé le long du ruisseau de la Neste de Couplan, on pose le cerveau. On se laisse flotter, porter.

La forêt luxuriante alimenté par les cascades et l'eau descendant des montagnes vous entoure. Quelques voitures vous effleureront car les randonneurs venant arpenter les randonnées sont nombreux. La place est limité car la larguer de la route dépasse à peine 2m50. Quelques parkings sortis de nulle part apparaissent dans la première moitié de l'ascension le long de la route. Néanmoins, la nature reste maitresses des lieux.

Jusqu'à mi pente, les pourcentages sont très accessibles. La montée est ludique car il y a beaucoup d'irrégularités. On joue avec le changement de vitesse sans jamais être en prise. C'est un régal. Le bruit assourdissant de l'eau qui coule est enivrant..


Après avoir délaissé les derniers parkings, le seconde moitié grimpe en intensité. Les pourcentages jusqu'à la fin seront bien plus raides. Les 10% voir plus sont plus nombreux mais jamais très longs. La route reste très sinueuse mais les lacets sont plus nombreux. Ces derniers permettent de relancer l'allure. Pas besoin de musique, laissez vous bercer par les bruits blancs des cours d'eaux incalculables. Des cascades jaillissent de part et d'autre de la montagne, l'eau tombant à pic. C'est majestueux. Plus on monte en altitude, plus on est aspiré. Comme transporté. On a beau être en prise dans des pourcentages à 11%, rien ne nous atteint. Certains panoramas sur le massif de Néouvielle sont exceptionnels. Dans certains lacets, on aperçoit la route qui ve l'on vient d'engloutir. Splendide.

Laissant le lac d'Oredon sur la droite (on y reviendra après), il faut poursuivre tout droit face au mur se dressant face à nous. Il reste environ 4 kilomètres. C'est quelques centaines de mètres plus loin que le plus beau arrive avec une vue 360° sur les rochers aux pointes blanches , le barrage bleu ciel en contre bas, et la forêt omniprésente. Wow !

Jamais nous n'avions vu un tel spectacle. La prise de photo est obligatoire.

Les 3 derniers kilomètres sont à flanc de montagne et subjuguent. Une beauté rare. Une quiétude comme en mer avant une tempête. Les derniers lacets à 12% mènent au barrage de Cap de Long que l'on distingue déjà depuis quelques kilomètres. L'arrivée se fait sur un parking et on peut admirer la beauté éclatante de l'eau renvoyant les montagnes dans son reflet. Bien que non naturel, ce barrage est exceptionnellement beau. Le cirque l'entourant vaut bien entre 1H et 1H45 d'ascension. La quête est finie. Elle en valait la peine.

Vous êtes arrivés à 2 161m d'altitude, un des sommets cyclistes les plus hauts des Pyrénées. Et certainement le plus beau. Il ne reste plus qu'à faire demi tour :p


Avec son indice de difficulté de 308, il fait parti des cols hors catégories de notre classement.



Alternative de montée


Vous pouvez rejoindre le col d'Aubert et d'Aumar en passant par le lac d'Orédon. Après l'intersection présentée précédemment, s'en suit une petite descente d'environ 1,5km. Une fois arrivée au parking d'Orédon, une petite route part sur la droite direction les lacs. Sur 3 kilomètres, vous empruntez une pente raide (autour de 8%) à travers roches et arbres. Rien de fou avant de débarquer sur le plateau d'Aumar. A votre droite, entouré par les montagnes, vous tombez sur le premier lac (Aubert) pour arriver après sur le parking du second, Aubert. Un lieu enchanteur. Les lacs au milieu du cirque sont d'une beauté absolue. La nature est préservée malgré un nombre incalculable de randonneurs. On les comprends, et ces sentiers sont relativement faciles et donc accessibles aux familles avec enfants. Prenez le temps de vous délectez de ces paysages uniques. Respirez forts. Profitez. Avant de faire demi tour !


Conseil ; ce n'est pas parce qu'il pleut en bas qu'il va faire mauvais en haut. N'hésitez pas les jours de mauvais temps sur St Lary Soulan à passer les nuages pour aller chercher le Soleil.



Localisation




38 vues

Posts similaires

Voir tout