top of page

Tudor Pro Cycling, un réveil du bon pied en 2024

Six ans après la création de la Swiss Racing Academy, la structure Tudor Pro Cyling a mué pour se transformer en une Pro Team ambitieuse. Portée par la légende Fabian Cancellara et avec un mercato de premier plan pour 2024, l’équipe suisse a des arguments à faire valoir pour intégrer, à terme, le World Tour. Décryptage.


Tudor Pro Cycling, un réveil du bon pied en 2024

« Meunier, tu dors, ton moulin va trop vite, meunier, tu dors, ton moulin va trop fort ». La comptine et le jeu de mots vont faire sourire, mais la métaphore avec l’histoire de l’équipe Tudor Pro Cycling n’est pas absurde. Si les fondateurs de la structure s’étaient endormi en 2022 pour se réveiller en 2024, ils auraient bien du mal à reconnaître leur création, après le coup d’accélérateur terrible entamé en à peine un an. D’une modeste Continentale Team à l’identité bien helvétique, Tudor est devenue une Pro Team à l’ambition forte et au rayonnement international. Retour sur une ascension fulgurante grâce à deux légendes qui n’ont pas le temps d’attendre : Fabian Cancellara et l’horloger Tudor.


Tout a commencé bien loin du faste du World Tour et des titres glorieux, en 2018. A l’époque, l’ancien cycliste Pirmin Lang, passé par IAM Cycling et tout juste retraité à 32 ans, crée la Swiss Racing Academy. Composée uniquement de coureurs suisses, l’objectif de la structure est de donner une opportunité aux coureurs nationaux tout en leur fournissant « un cadre professionnel sans leur faire subir prématurément les pressions qu’ils rencontreront dans les équipes pros », expliquait Lang à La Pédale Romande en 2018. « Je regrette de voir partir nos meilleurs talents dans des formations étrangères et j’estime qu’en tant qu’équipe suisse, nous avons la responsabilité de participer activement et prioritairement à la vie de notre sport- dans notre pays », poursuivait-il. L’équipe se développe et compte en son sein, en 2019, des noms comme Stefan Bisseger ou encore Mauro Schmid. Le projet est beau, prometteur mais il connaît un terrible rebondissement en février 2020.


Avril 2022 : grâce à Cancellara, Tudor rejoint le projet


Après des enquêtes de la Neue Zürcher Zeitung, Pirmin Lang reconnait son implication au sein du réseau Aderlass et avoue s’être dopé durant de nombreuses années de sa carrière professionnelle. Il quitte donc « SRA » avec effet immédiat et laisse la structure dans une étape charnière de son histoire avec une atmosphère pesante. Un mois plus tard, la planète s’arrête avec la pandémie mondiale de Coronavirus et le cyclisme reprend tant bien que mal. Et SRA réussit à mettre à profit cette période pour signer un renfort de poids. Le plus grand cycliste suisse du siècle voire de l’histoire, Fabian Cancellara, rejoint l’équipe en tant que conseiller.


Un rôle peu clair sur le papier mais qui va vite avoir des effets : la structure s’ouvre à des coureurs étrangers en 2021, avant de connaître un boost hors norme. En avril 2022, en marge du Tour de Suisse, « Spartacus » annonce reprendre la structure qui portera un nouveau nom : Tudor Pro Cycling. Quatre ans après sa création, l’équipe suisse, initialement axée sur la formation de jeunes coureurs locaux, s’adosse à une marque internationale de premier plan, et surtout un symbole de l’économie suisse. « Nous avons été séduits par sa volonté [de Cancellara, ndlr] de faire éclore une nouvelle génération de cyclistes pro, autour d’un projet fondamentalement suisse », confiait au Point début 2024 Eric Pirson, CEO de Tudor. La société horlogère poursuit ainsi ses investissements de sponsoring sportif, après le rugby, la voile ou le surf. Surtout, elle voit dans le cyclisme un marché prometteur. En devenant partenaire du Giro, elle crée par la même occasion un réseau commercial et stratégique puissant dans la perspective de gravir les échelons au niveau sportif.


Un recrutement XXL de Tudor Pro Cycling pour 2024


Huit mois plus tard, Tudor devient officiellement une Pro Team. Un nouveau palier franchi qui traduit l’ambition et le budget apportés par la marque de montre. Si la saison 2023 est plutôt satisfaisante, avec notamment ls performances d'Arvid De Kleijn, la cadence s’accélère dès l’ouverture du mercato. L’équipe suisse annonce, en une seule fois, la signature de 6 coureurs de niveau World Tour : Michael Storer, Alberto Dainese, Matteo Trentin, Marius Mayrhofer, Alexander Krieger et Florian Stork. Un recrutement de premier plan, complété en fin d’année par la jeune pépite Marco Brenner, étincelant chez les juniors en 2019 mais qui connaît des problèmes récurrents depuis son passage en pro. Elle peut aussi compter sur quelques coureurs maison prometteurs, à l’image du grimpeur Yanis Voisard, 3e du dernier Tour de Hongrie notamment. Bref, avec ces coureurs, le collectif suisse, à l’accent très germanophone, s’est donné les moyens de ses ambitions.


Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Tudor Pro Cycling s'est réveillé du bon pied en 2024, démarrant à vive allure. Avec déjà plus de 700 points marqués (contre 2700 sur toute la saison 2023), Tudor est à l’heure pour cette saison tremplin. Surtout, elle a obtenu des invitations pour de nombreuses courses WT prestigieuses, à commencer par Paris-Nice, Tirreno-Adriatico, Milan-San Remo, le Ronde, l’Amstel Gold Race et surtout le Giro, ce qui n'était pas gagné mais qui prouve le changement de statut de l'équipe. Autant d’occasions de marquer de précieux points UCI dans l’optique de l’objectif suprême (mais non affiché) de monter en World Tour. Si le retard semble trop important (plus de 6 000 points de retard sur le team dsm), elle occupe actuellement la place de 3e Pro Team, devant Uno-X ou Total Energies. Une 3e place synonyme d’invitation automatique pour toutes les courses d’un jour WT en 2025. De quoi marquer une fois de plus de précieux points, d’autant qu’avec les moyens mis en place, rien ne dit que le mercato 2025 ne soit encore de haute volée. Rendez-vous donc fin 2025 pour savoir si Tudor a démarré à l’heure, ou en retard.

590 vues1 commentaire

Posts similaires

Voir tout

1 bình luận


Khách
22 thg 2

De Kleijn et Dainese peuvent scorer énormément de points en 2024 et 2025. Attention quand même pour le World Tour on ne sait jamais.

Thích
Notez l'article
Je n'aime pasPas superBienParfaitJ'adore
bottom of page