• Titouan Lallemand

Top 5 sans GT : Joaquim Rodriguez, le malheureux

Entre 2010 et 2015, Joaquim Rodriguez fut l'un des coureurs majeurs de chaque saison. Un cador parmi les cadors. Numéro 1 mondial à trois reprises, en 2010, 2012 et 2013, Purito était au rendez-vous sur chaque course mais n'a jamais réussi à remporter un GT, qui lui aurait permis d'intégrer les cercles des coureurs vainqueurs de classiques et de courses de 3 semaines. Décryptage du meilleur coureur sans Grands Tours.

Il y a des coureurs chanceux et d'autres malheureux. Certains profitent de circonstances de course pour remporter de grandes victoires, d'autres tombent de manière régulière sur des rocs. C'est malheureusement dans cette dernière case que Joaquim Rodriguez est tombé. Les Valverde, Contador ou Froome sont passés par là et Purito en a subit les conséquences. Pourtant, le coureur de la Katusha a su s'élever malgré tout, s'offrant l'un des plus beaux palmarès entre 2010 et 2016, mais a toujours échoué dans sa quête d'un GT. Si le Tour de France paraissait inaccessible, le Giro et la Vuelta auraient pu basculer en sa faveur. Mais le destin fait parfois preuve d'ironie.


Pourquoi lui :


Parmi les coureurs ayant échoué dans la quête d'un GT, Joaquim Rodriguez a sans conteste le plus beaux palmarès mais aussi les meilleurs résultats sur 3 semaines. Côté palmarès d'abord, Purito a remporté plusieurs courses à étapes d'une semaine, passage souvent obligatoire dans l'apprentissage avant de briller en GT. Deux Tour de Catalogne, un Tour du Pays basque, plus de nombreuses étapes, il a surtout brillé sur ses terres. C'est la raison pour laquelle on le voyait remporter la Vuelta, avec des étapes similaires aux deux tours précédemment cités. On ne peut par ailleurs pas décrire Rodriguez sans préciser qu'il a remporté la Flèche Wallonne, la référence pour les meilleurs puncheurs du monde, ainsi que deux Tour de Lombardie. Cependant, toutes ces victoires ne font pas forcément de lui le coureur qui aurait mérité de gagner un GT.


C'est bien sur les Grands Tours que Purito a remporté cette distinction. De cette liste, il est le seul à être monté sur le podium des trois courses, le Tour, le Giro et la Vuelta. Impressionnant. Il est entré aussi à 12 reprises dans le top 10, dont 8 fois dans le top 5 et 4 fois sur le podium. Rodriguez a donc fait preuve d'une très grande régularité sur 3 semaines, et a réussi à lever les bras 14 fois dans sa carrière sur ces courses. Avec de telles performances, il aurait sans aucun doute mérité de remporter un GT. Mais alors, que lui a-t-il manqué ?


Ce qui lui a manqué :


En peu de temps, Rodriguez est passé tout proche de remporter le Giro et la Vuelta mais il aura à chaque fois manqué de chance, d'une grande équipe et sera tombé sur un roc. Battu de manière assez inattendue par un surprenant Ryder Hesjedal sur le Giro 2012, il a aussi échoué de peu sur la Vuelta, au court d'une dernière étape de montagne incroyable, au scénario rare. Il était pourtant à chaque fois le plus fort ou l'un des plus forts lorsque la pente s'élevait mais aura péché dans le contre-la-montre.


C'est sans doute, en terme de qualité, ce qu'il lui a le plus manqué, concédant régulièrement du temps dans l'exercice face à ses principaux concurrents. Sur le Giro, c'est une minute qu'il a concédé à son adversaire canadien et sur la Vuelta c'était le même tarif. Mais paradoxalement, ce n'est pas là qu'il a perdu son maillot mais bien en montagne face à un Contador de gala et à la défaillance de son équipe. Un jour triste et difficile à vivre pour l'Espagnol, qui restera une nouvelle fois dans l'ombre de ses deux géants compatriotes, Valverde et Contador, premier et deuxième de notre top 10 du 21e siècle.


Le jour où il est passé si proche :


En 2012, Purito aurait pu changer de statut. De grand coureur, il serait passé à l'un des meilleurs coureurs du 21e siècle. Mais le destin en a décidé autrement.


A l'aube du Giro, Rodriguez est l'un des grands favoris de la course, avec Ivan Basso, Michele Scarponi ou encore Damiano Cunego, les trois seuls vainqueurs du Giro engagés dans la course. Après un très bon chrono par équipe, Rodriguez a récupéré dans son style plein de punch le maillot rose. Et va le garder quasiment tout le long, le perdant simplement durant un jour, au soir de la 14e étape, avant de le reprendre le lendemain, en patron, au sommet du Piani dei Resinelli. A nouveau vainqueur sur la 17e étape, Purito perd cependant quelques secondes à l'Alpe di Pampeago, avant de réagir encore une fois le jour suivant, en reprenant le temps perdu. De la 10e à la 21e étape, Rodriguez a donc porté fièrement le maillot rose de leader mais le contre-la-montre fatidique causera la plus grande déception du coureur de la Katusha. Malgré tous ses efforts, il échoue à la 26e place et perd le Tour d'Italie pour 16 petites secondes, l'écart le plus faible de 21e siècle et le 4e de l'histoire. Une tragédie dans la carrière de Rodriguez qui finira toujours placé, mais jamais gagnant sur un GT.


Sur la Vuelta, même son de cloche. Rodriguez domine la course, portant le maillot rouge dès la 4e étape. A part une perte de temps sur le contre-la-montre face à ses deux concurrents historiques, Contador et Valverde, Rodriguez ne cesse de gagner. Avec trois victoires d'étape, il possède 28 secondes d'avance malgré le chrono, avant la terrible étape de Fuente Dé. Ce jour-là, Rodriguez perd tout à cause du panache de Contador, qui a attaqué à 50 km de l'arrivée, mais aussi à l'association de Tiralongo, ancien équipier d'El Pistolero, et d'un équipier qui l'emmèneront dans la vallée jusqu'au pied de Fuenté Dé. D'abord aidé par son équipier Losada, Purito se retrouve vite seul à rouler, avec Valverde, à près d'1 minutes 30 de Contador. En véritable perdition, il sera contré par Valverde qui parviendra à rattraper Contador. A l'arrivée, Rodriguez concède 2 minutes 38 au coureur de la formation SaxoBank et perd tout espoir de remporter une Vuelta qui lui tendait les bras... En un an, Rodriguez aura subit deux revers majeurs.


Palmarès en GT :


Tour d'Italie :

- 7 participations

- 1 podium

- 2 victoires d'étape


Tour de France :

- 5 participations

- 1 podium

- 3 victoires d'étape


Tour d'Espagne :

- 12 participations

- 2 podiums

- 9 victoires d'étape






Posts similaires

Voir tout
Logo vf4Bis2.png

C'est grâce à vos dons que nous pouvons continuer à développer le site.

Abonnez-vous à notre newsletter

  • Twitter
  • Facebook - Gris Cercle

Nous suivre

Par Romain & Titouan