top of page

Top 10 des "Flandriens" : 2e, Fabian Cancellara, le Suisse flandrien

Puissance, panache et classe. C'est en ces termes élogieux que l'on pourrait résumer la fantastique histoire de Cancellara sur les courses pavées. "Spartacus" a imposé sa loi sur les classiques flandriennes et signe l'un des plus beaux palmarès du 21ème siècle. Ses succès sur Paris-Roubaix et le Tour des Flandres, autant que sa rivalité avec Tom Boonen, ont toute leur place dans la légende du cyclisme. Sa 2ème place de notre Top 10 est donc une évidence.


Le samedi 12 novembre 2016, Fabian Cancellara était à Gand, en Belgique, pour recevoir l'hommage que son immense carrière méritait. Des milliers de Belges étaient réunis pour apercevoir une dernière fois le champion suisse. Ces derniers auraient pu haïr celui qui, à de nombreuses reprises, a pris le dessus sur les champions flamands lors des courses pavées. Au contraire, ils l'ont accueilli comme l'un des leurs. Son palmarès et sa lutte acharnée avec Tom Boonen lui ont permis de s'imposer sur les podiums et dans les coeurs.


Pourquoi lui ?


Si, pour les Suisses, Cancellara est surtout le double champion olympique du contre-la-montre et multiple vainqueur d'étapes sur le Tour, il est avant tout "Spartacus", cet athlète surpuissant doté d'une force exceptionnelle capable de faire la différence sur les secteurs pavés belges.


Son palmarès est tout simplement exceptionnel. Cancellara s'est imposé à trois reprises sur Paris-Roubaix (2006, 2010, 2013), mais également sur le Tour des Flandres (2010, 2013, 2014). Il signe également trois victoires sur le Grand Prix E3 (2010, 2011, 2013). Tout simplement unique !

A ce palmarès exceptionnel s'ajoutent de belles places d'honneur sur les Monuments, prouvant ainsi une régularité à toute épreuve. Cinq podiums sur les deux Monuments pavés (2e en 2008 et 2011, 3e en 2014 sur Paris-Roubaix) (2e en 2016, 3e en 2011 sur le Tour des Flandres) ainsi que des Top 10 sur les grandes épreuves pavées du calendrier suffisent à valider son surnom de "Flandrien suisse".

Signe de cette domination, le Suisse a signé le doublé Tour des Flandres-Paris-Roubaix à deux reprises, en 2010 et 2013. Lui et Boonen sont les deux seuls coureurs de l'histoire à avoir réussi ce "double doublé" ! Leur place dans l'histoire est unique. De quoi le positionner, sans trop de contestation, parmi les 10 meilleurs du siècle de la spécialité.


Cancellara a surtout fait preuve d'une maîtrise et d'une domination rarement observées au 21ème siècle. Ses victoires ont fait forte impression et il en restera des images exceptionnellement puissantes, comme ce jour d'avril 2010 où il dépose Tom Boonen dans le Mur de Grammont.


Sa plus belle victoire : le Ronde 2010, Cancellara dépose Boonen


2010 est une année particulière pour le Suisse. Nous l'avons dit, c'est celle de son premier doublé. Lui qui avait traversé comme un fantôme la campagne de classiques 2009, arrive sur ce printemps 2010 affûblé du maillot rouge de champion de Suisse et du statut de favori, au même titre que Tom Boonen.

Spartacus va faire honneur à son statut. A 40km de l'arrivée, il passe à l'attaque dans le Molenberg et seul Boonen peut le suivre. Les deux coureurs creusent l'écart sur les poursuivants et se présentent au pied du Mur de Grammont pour un duel de rêve et un combat épique.

Assis sur sa selle et sans jamais se mettre en danseuse, l'aisance de Cancellara contraste alors avec les difficultés exprimées par le Belge, grimaçant et à l'arrache sur les pavés au plus fort de la pente. Le coureur de la Saxo Bank laisse Boonen sur place, déployant une puissance incroyable et comptant 15 secondes d'avance au sommet.

Le rouleau compresseur suisse est lancé. Il avale le Bosberg, l'ultime mont du parcours, et s'envole de façon irrésistible vers sa première victoire sur le Ronde.

Les Flandres venaient de sacrer leur nouveau roi.




Devant tous les autres, derrière Tom Boonen


Difficile de reprocher au coureur suisse quoi que ce soit vu la teneur de son palmarès.

N'importe quel coursier rêverait d'obtenir ne serait-ce qu'un Monument à son actif.

Non, étant donné sa position dans notre Top 10, la seule question qui vaille d'être posée est la suivante : que sépare Cancellara du roi flandrien Tom Boonen ?

Au jeu des comparaisons et des différences, le palmarès fait à nouveau foi. Autant Cancellara a souvent tenu la dragée haute à Boonen lors de confrontations directes, autant il ne peut se targuer de disposer du même palmarès sur les classiques que le Belge. Cancellara souffre d'un "léger" déficit de victoires, avec notamment un Paris-Roubaix, 3 Gand-Wevelgem, 2 E3 Saxo Bank Classic et un A travers les Flandres en moins. Face à la légende Tom Boonen, cela fait beaucoup ! La différence entre les deux coureurs se fait là, sur ce déficit de succès engrangés sur les grandes classiques belges quand Boonen apposait son nom sur ces différentes épreuves.


Malgré cet écart, ne nous trompons pas. Cancellara est une légende des courses pavées.



1 191 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comments


Notez l'article
Je n'aime pasPas superBienParfaitJ'adore
bottom of page