Rétro Vuelta 2015 : Dumoulin renversé par aru

Cette série rétro vous permet de vous replonger dans des saisons et courses qui ont marqué le cyclisme. Si le Tour d’Espagne 2015 n’a pas forcément été le meilleur cru - ni même le plus relevé – de la décennie, il a été marqué par une 20e étape complètement folle. Dans les montagnes du Nord de Madrid, sur un tracé que les coureurs de l’édition 2022 retrouveront samedi, Fabio Aru y avait renversé Tom Dumoulin à la veille de l’arrivée.



Le contexte


A 25 ans, Tom Dumoulin est encore loin du coureur de Grand Tour que l’on a connu par la suite. Si le Néerlandais est déjà performant sur une semaine (3e du Tour de Suisse en juin cette année-là), personne ne s’attendait à le voir avec le maillot rouge de leader de la Vuelta, à deux jours de l’arrivée à Madrid de cette 70e édition.

Régulièrement distancé en montagne mais limitant remarquablement la casse, il s’était emparé - pour la 3e fois de l’épreuve - du maillot de leader au lendemain de la dernière journée de repos, lors du contre-la-montre de Burgos et filait vers la victoire finale. Tout semblait alors aller dans son sens, à l’image de la 19e étape qui l’avait vu reprendre 3’’ à Fabio Aru, tombé. Mais il ne possédait toutefois que 6’’ d’avance au général sur l’Italien.


Le classement général au départ de l’étape :

1. Tom Dumoulin (Giant-Alpecin)

2. Fabio Aru (Astana), + 6’’

3. Joaquin Rodriguez (Katusha), + 1’24’’

4. Rafal Majka (Tinkoff-Saxo), + 2’31’’

5. Nairo Quintana (Movistar), + 3’02’’

6. Alejandro Valverde (Movistar), +3’24’’


Le profil de l’étape :


Tracée sur 176km entre San Lorenzo de El Escorial et Cercedilla, cette 20e étape mettait en valeur deux des ascensions les plus difficiles de la Sierra de Guadarrama, le Puerto de Navacerrada et le Puerto de la Morcuera, franchis à deux reprises, par deux versants différents. On retrouvait l’enchainement Morcuera-Cotos dans le final, comme ce sera le cas en 2022. Quatre ascensions au programme donc mais des montées sans gros pourcentages (9,1% max), régulières et autour des 6% de pente moyenne.





Le scénario :


Une grosse échappée se forme à l’occasion des deux premières ascensions, avec plus de trente coureurs à l’avant. C’est Ruben Plaza (Lampre-Merida) qui s’imposera, après un numéro en solitaire de plus de trois heures et de 117 kilomètres, jamais repris par le reste de ses compagnons d’échappée. Derrière, les Astana de Fabio Aru prennent en main ce qu’il reste du peloton après les deux premières ascensions où Tom Dumoulin a perdu la grande majorité de ses équipiers, déjà. La formation Astana profite de sa force collective pour faire la différence avec un tempo infernal imposé par Mikel Landa.


Asphyxié, Dumoulin est obligé de lâcher prise une première fois à 56km de l’arrivée mais il recolle une première fois. La seconde sera la bonne pour Fabio Aru, qui parvient cette fois à distancer pour de bon le Néerlandais. Décroché, ce dernier se bat, comme à son habitude, pour tenter de revenir. Mais il est à l’arrêt, à tel point que Landa finit par l’attaquer pour rejoindre son leader et l’aider à renverser le général, suivi par le 3e du général, Joaquin Rodriguez (Katusha). Au sommet de la Morcuera, à 50km de l’arrivée, la situation n’est pas encore catastrophique avec "seulement" 20’’ de retard mais elle va rapidement devenir désespérée.





Dumoulin a beau prendre tous les risques dans la descente, il ne revient pas. La faute à la force collective des Astana. Non seulement Aru peut compter sur Landa mais il a également retrouvé Luis Leon Sanchez et Paolo Tiralongo, présents dans l’échappée matinale. Deux renforts de poids pour rouler dans la transition avant l’ultime ascension de la journée, le Puerto de Cotos. Dumoulin a beau être l’un des meilleurs rouleurs du monde, il est épuisé, n’a plus de jambes et l’écart enfle kilomètre après kilomètre. D’une douzaine de secondes au bas de la descente, il passe à 1’20’’ au pied du Cotos. Et le Néerlandais est toujours aussi esseulé alors qu’Aru laisse faire ses équipiers. La messe est dite.


L’Italien verra certes Quintana et Majka sortir et lui reprendre du temps mais c’est bien le Sarde qui se parera de rouge à l’issue de cette 20e étape. Leader au départ, Tom Dumoulin s’est écroulé et a tout perdu, lâchant près de 4 minutes et se contentant d’une 6e place au général. Sur des pentes pourtant plus roulantes censées lui correspondre, le Néerlandais a payé cher la faiblesse de son équipe et la tactique offensive d’Astana, auteur de l’une des belles étapes collectives de son histoire. Une "masterclass" qui aura offert la Vuelta à l’équipe kazakhstanaise. Et surtout à Fabio Aru.


Le classement général final :

1. Fabio Aru (Astana)

2. Joaquin Rodriguez (Katusha), + 1’17’’

3. Rafal Majka (Tinkoff-Saxo), + 1’29’’

4. Nairo Quintana (Movistar), + 2’02’’

5. Esteban Chavès (Orica-GreenEdge), + 3’30’’

6. Tom Dumoulin (Giant-Alpecin), + 3’46’’




273 vues

Posts similaires

Voir tout