• Titouan Lallemand

Portrait : Thomas Pidcock, la nouvelle Star

Grand espoir du cyclisme, Thomas (Tom) Pidcock a signé chez Ineos Grenadier pour 3 saisons, après avoir passé une saison assez loin de la route, se réservant seulement quelques apparitions remarquées. C'est au cyclo-cross et au VTT que Pidcock a principalement dédié sa saison 2020 et ses performances sur la terre ont fait de plus en plus parler de lui, avant de s'attaquer à la route. Portrait d'un néo-pro à suivre.


Depuis les catégories de jeune, Tom Pidcock fait énormément parler de lui. Vu comme un nouveau phénomène, encore un, pour de nombreux suiveurs, le Britannique est encore en phase d'apprentissage comme ce fut le cas en septembre dernier, lorsqu'il a participé au championnat du monde sur route : "Il n'y avait aucune pression, et j'étais ici pour apprendre. C'est ce que j'ai fait. C'est bon pour l'avenir. Cela m'aidera à l'avenir quand j'aurai les jambes pour essayer de gagner". Pour le moment, le garçon est patient. Il a rejoint Ineos le 1er fevrier, le temps de conclure sa saison sur terre. Une préparation qui devrait lui permettre de surfer sur sa forme sur les première courses, comme les Strade Bianche.


Le cyclo-cross comme point de départ :


Tout a commencé en 2015, lorsque Thomas Pidcock s'engage aux championnats junior de cyclocross. Obtenant plusieurs résultats intéressants dès sa première saison, c'est surtout l'année suivante qu'il se révèle. Déjà, son cœur bat entre la route et la terre. Si il remporte La Philippe Gilbert junior, il décide cependant de consacrer sa saison au cyclocross. Un choix qui lui permet de remporter le titre de champion d'Europe et de décrocher deux manches de coupe du monde junior. Par la suite, il devient champion du monde espoir et est très vite comparé à Peter Sagan.


En 2017, il participe à Paris-Roubaix junior, après une première participation en 2016, et domine la course. Sur la terre comme sur la route, le jeune Anglais est une terreur. Sa signature chez le Team Wiggins en 2018 est prometteuse mais ses résultats que ce soit sur terre ou sur route sont plus mitigés. C'est en 2019 que la confirmation arrive, sur tous les terrains. Il domine notamment la coupe du monde de cyclocross espoir et parvient aussi à gagner sur route, sur Paris-Roubaix espoir mais aussi sur un profil plus vallonné, le Tour d'Alsace et son arrivée à la Planche-des-belles-filles. Ce Pidcock sait définitivement tout faire et les équipes professionnelles World Tour cherchent à rafler la mise. Cependant, il décide de résister aux appels de pied. Patience est mère de sureté. Priorité à la terre, avant d'attaquer la route.


Nous sommes donc arrivés à la saison décisive dans l'orientation de sa carrière. Après quelques apparitions remarquées sur route, Pidcock a gagné le circuit senior, et vient de remporter de manière magistrale la 6e manche du superprestige de cyclocross devant Mathieu Van der Poel, rien que ça. Le voilà comme un candidat sérieux au titre de champion du monde, avant de prendre, comme Van der Poel et Van Aert, la direction de la route. Un championnat du monde qu'il finira à la 4e place, assez loin des deux cadors mais avec de l'espoir pour l'avenir.

"Je sais que les classiques ardennaises sont les plus adaptées à mon profil, mais à terme, je veux devenir un coureur de Grand Tour."

Son profil :


A l'aise sur les pavés, Pidcock possède aussi un très bon punch. Deux qualités qui font de lui un coureur taillé pour les courses d'un jour. C'est d'ailleurs là qu'il se sent capable de bril