• Titouan Lallemand

Nans Peters: "La Vuelta va devenir un objectif"

Mis à jour : sept. 28

Brillant vainqueur de la 8e étape du Tour, un an après sa victoire sur le Giro, Nans Peters est aujourd'hui un solide baroudeur et une valeur sûre côté français dans le domaine. Le coureur AG2R-La-Mondiale nous a accordé un peu de son temps, avant les mondiaux à Imola.


Crédit Photo Yves Perret Média

Votre victoire en costaud a été l'une des seules satisfactions côté Français sur le Tour de France, comment l'avez-vous vécue ?


C'était un peu inespéré. Quinze jours avant, je ne savais pas encore si je ferais le Tour. C'était un vrai objectif d'y être. Tous les coureurs rêvent de gagner une étape et on connaît la difficulté d'en remporter une sur le Tour. J'ai pu saisir cette opportunité. C'est vraiment une grande satisfaction.


On a cru à un moment à un retour de Zakarin, comment avez-vous géré ce moment ?


Je n'ai rien lâché jusqu'au bout. Je savais qu'il était meilleur grimpeur que moi. Je n'ai rien lâché niveau mental pour qu'il ne fasse pas la jonction sur moi et faire la bascule au sommet avec de l'avance pour assurer la victoire dans la descente. C'est vraiment le mental qui a pris le dessus dans le final, avec le public qui m'a poussé en sachant que la victoire était en haut.


L'an dernier, vous avez décroché une victoire sur le Giro, on a vraiment l'impression que vous avez franchi un palier.


Oui, c'est ma 4e année pro. La 1ere, c'était de la découverte, la 2e je jouais un peu plus les premiers rôles, l'an dernier j'effectue une saison pleine et je remporte cette victoire au Giro et cette année c'est la confirmation sur le Tour. J'espère continuer à progresser dans le futur car je suis encore jeune (26 ans).


Une victoire sur le Giro, une sur le Tour, forcément la Vuelta va devenir un objectif ?


Oui, ça va le devenir forcément pour rentrer dans ce cercle fermé. Il y a encore le temps mais cela passe vite aussi. Cela sera un objectif c'est sûr, je ne sais pas quand mais ça le sera un jour.


C'est assez rare qu'un baroudeur intègre ce classement, ce sont souvent les sprinteurs ou les coureurs du général qui parviennent à obtenir une victoire sur les 3 Grands Tours.


Oui, je sprinte mal, je ne suis pas le meilleur grimpeur donc la victoire ne passe que par des échappées aux longs cours. Il faut vraiment que je prenne les devants pour décrocher la victoire, et ça a payé sur ce Tour.


L'équipe AG2R va vraiment changer de registre l'an prochain avec le départ de Romain Bardet et les arrivées de Greg Van Avermaet ou Bob Jungels, en misant plus sur les classiques. Pensez-vous avoir plus de liberté à ce niveau ?


Effectivement, l'équipe sera moins tournée vers les classements généraux. Pour moi cela ne changera pas grand chose, je resterai un coureur offensif. Pour l'instant je reste concentré sur cette fin de saison et on verra l'année prochaine en temps voulu.


Justement par rapport à cette fin de saison, vous attaquez les mondiaux ce dimanche, comment voyez-vous la course, alors que Thomas Voeckler a annoncé que vous étiez outsider cette année ?


Déjà, c'est sûr qu'on n’est pas la plus forte équipe donc on va faire preuve d'humilité. C’est un parcours très difficile qu'on a reconnu ce matin [vendredi] donc il va pas falloir se cacher. Il va falloir prendre ses responsabilités à un moment de la course. Il faudra être opportunistes et acteurs dans le final pour essayer de déstabiliser les grosses équipes.


Pensez-vous que la course va se décanter dans le dernier tour comme à Innsbruck ou un mouvement de course victorieux peut partir de plus loin ?


Aux mondiaux, on sait que c'est souvent dans le dernier tour que la course se décide, maintenant rien n'est écrit à l'avance. Il y a plus de 5 000 m de dénivelée donc c'est dur de prévoir un scenario de course type. Ça risque d'être un championnat très particulier donc c'est dur de donner une nation ou un coureur dominateur. Ça va vraiment se faire au fil des tours à la pédale. On verra comment cela se passe.


Vous avez prolongé avec l'équipe jusqu'en 2023, quels sont vos objectifs dans ce laps de temps ?


Comme je le disais, je franchis les étapes années après années. J’espère faire des saisons pleines, être le plus régulier possible et avec des victoires. Courir pour des victoires et aider mes leaders car je ne suis pas un coureur de Tours ou un sprinteur donc je suis plus souvent équipier que coureur protégé donc ma progression passe aussi par la réussite des copains.


Merci Nans Peters et bonne chance pour les mondiaux !







145 vues
Logo vf4Bis2.png

NOUS SUIVRE

  • Twitter
  • Facebook - Gris Cercle

Par Romain & Titouan

Abonnez-vous à notre newsletter