• Romain Bougourd

Le Tour vu d’Allemagne : Ulle et le Tour 1997

Journaliste pour le groupe Funke Sport en Allemagne, Christian Woop nous décrit la relation qu’entretiennent les Allemands avec la Grande Boucle. Une relation profondément marquée par l’époque Jan Ullrich.


Par Christian Woop


Si vous voulez savoir ce qui est important en Allemagne, il suffit de regarder la Tagesschau à la télévision. Chaque soir à 20 heures, c'est le programme d'information le plus important du pays. Le 28 juillet 2019, les sujets sportifs à l’actualité étaient les suivants : Marco Reus et Dzsenifer Marozsan sont nommés footballeurs allemands de l'année, Florian Wellbrock devient champion du monde de natation et Max Verstappen remporte le Grand Prix d'Allemagne devant Sebastian Vettel au Hockenheimring. Et l'étape finale du Tour de France ? Aucune importance.


Et ce, malgré la belle course et la quatrième place au classement général d’Emanuel Buchmann. Andreas Klöden a été le dernier dans le top 10, et c’était en 2009. La veille, un petit reportage a été fait sur la dernière étape de montagne, mais les informations quotidiennes n'ont pas montré de photos du sprint final sur les Champs Elysées. Pourquoi donc ?


L’été 97 : un conte de fée


Les Allemands aiment leurs héros sportifs. On se souvient des années 1980 et 1990 : Boris Becker et Steffi Graf au tennis, puis Michael Schumacher en Formule 1. Lors des tournois du Grand Chelem ou des Grands Prix à l'autre bout du monde, les Allemands s'asseyaient ensemble devant la télévision dans leur salon. Au cours de l'été 1996, une autre star a rejoint l'équipe : Jan Ullrich.


Presque tout le monde s'accorde à dire que "Ulle" - son surnom - était déjà plus fort cette année que son capitaine Bjarne Riis. Néanmoins, il a travaillé pour lui, il s'est battu, il a été loyal. Fidèle. Un équipier auquel beaucoup de gens, de Hambourg à Munich, pouvaient s'identifier. Un an plus tard, cela devait fonctionner : "Ulle" a gravi la montagne jusqu'en Andorre assis sur sa selle et est entré dans le cœur de millions de personnes, en devenant le premier vainqueur allemand du Tour de France. Un héros. Aujourd'hui encore, les gens s'extasient de l'été 1997, lorsque de nombreuses personnes se sont rendues à Paris pour la cérémonie de remise des prix le dernier jour, juste pour Ullrich.


Soudain, le vélo est devenu incroyablement populaire. Les diffuseurs publics ont énormément développé leur couverture en direct. L'ARD - où sont diffusées les informations quotidiennes et le Tagesschau - est devenue sponsor de Team Telekom avec Ullrich. Mais de nombreux reporters ont perdu tout sens de la critique pendant cette période et sont devenus des fans de la Team Telekom et d'Ullrich. Aujourd’hui, les interviews de l'époque sont très embarrassantes, avec de nombreuses acclamations – alors que l’on fermait les yeux sur dopage, l’apogée de l'Epo et plus tard les transfusions sanguines.


Il valait mieux montrer les duels sportifs d'Ullrich avec Lance Armstrong, qui tournaient presque toujours en faveur de l'Américain. Même à l'époque, Armstrong était toujours soupçonné de dopage. Le "Ulle" honnête et propre, pensait-on, ne pouvait tout simplement pas le suivre. L'échec l'a rendu encore plus humain. Les gens le considéraient comme un homme qui aimait avoir quelques kilos en plus sur ses côtes pendant l'hiver. En 2006, "Ulle" disposait d’une dernière chance de remporter le Tour. Il a remporté le Tour de Suisse, était en pleine forme, mais fut disqualifié cinq jours avant le Tour de France en raison d'accusations de dopage.


L’engouement fait place à la défiance


Un choc. Et pourtant, rien de surprenant en ces temps compliqués. Penser que notre héros, parmi tous les autres, était propre, n’était finalement qu’une illusion. Dans laquelle tous se complaisaient volontiers. Un seul sentiment est plus fort que l'amour, et c'est d'avoir été trompé par le grand amour. C'est ce que les Allemands ressentaient à l'époque, et c'est encore le cas pour certains d'entre eux. L'ARD et la ZDF ont cessé de diffuser le Tour pendant quelques années. Certains ont boycotté le cyclisme. Les autres disent : « Quoi qu'il arrive, Ulle sera toujours le plus grand pour moi ».


Mais plus personne ne regardera le Tour avec des yeux innocents. Pendant des années, Klöden a été le seul candidat pour le classement général, mais il faisait lui aussi partie du système à l'époque, bien qu'il n'ait jamais été condamné. Les succès de Tony Martin dans le contre-la-montre n'ont jamais été appréciés à leur juste valeur de multiple champion du monde. Avec André Greipel et Marcel Kittel, l'Allemagne comptait des sprinters de classe mondiale qui, comme Martin ou le spécialiste des classiques John Degenkolb, se sont toujours éloignés avec véhémence des dopés. Néanmoins, ils devaient encore se battre avec la mauvaise réputation du cyclisme de l'époque Ullrich.


Nous avons maintenant la deuxième génération de cyclistes post-"Ulle" : Emanuel Buchmann, Maximilian Schachmann ou Pascal Ackermann. Ils ne veulent aucun lien avec Ullrich et son temps, ce qui est compréhensible. Mais ils ne seront probablement jamais autant aimés par des millions d'Allemands comme le fut "Ulle".


N'hésitez pas à partager l'article sur les réseaux sociaux.


#TDF #Allemagne #Ullrich #Dopage #TMobile #cyclisme #vélo #Buchmann #Ackermann #Schachmann #Kloden #TDF2020 #TeamTelekom #

38 vues
Logo vf4Bis2.png

NOUS SUIVRE

  • Twitter
  • Facebook - Gris Cercle

Par Romain & Titouan

Abonnez-vous à notre newsletter