Pays Basque : Itinéraire Entre Lizarrieta et Ibardin

Faire du vélo dans le Pays Basque ne laisse jamais insensible. Région qui recèle de trésors cachés pour les amateurs de pentes ardues, de paysages magnifiques, mais aussi de gastronomie pas du tout adaptée au vélo, le suspense du climat rajoute un peu de piment, et pas celui d’Espelette... Pierre Gouguet, via VéloFuté, vous emmène découvrir cette sortie terroir, entre le col de Lizarrieta et le col d'Ibardin.

Avec un départ depuis Urrugne, on prend la direction d’Ascain, en débutant par un premier petit raidillon d’environ 500 mètres à 5%. Attention à ne pas laisser de cartouches dans cette première « difficulté », pas forcément très longue lorsque l’on prend le temps de bien mouliner en guise de mise en route.



En laissant les points de départ pour des randonnées pédestres vers la fameuse Rhune, on traverse notamment Olhette, avant d’entrer dans Ascain. On prend à gauche pour se diriger vers le fleuve, la Nivelle, pour ensuite le longer, direction Saint Pée sur Nivelle.

Une fois traversée cette très jolie ville typique du Pays Basque, direction la première vraie difficulté de la journée avec le col de Lizarietta. On emprunte la route de Sare, en laissant d’ailleurs sur le chemin, l’accès aux Grottes et au parc animalier de la ville.

C'est le premier moment tranquille en terme de trafic routier, avec un relief peu difficile, mais qui s’achemine lentement mais sûrement vers les choses sérieuses.


Col de Lizarrieta


Un effort d’une quarantaine de minutes à 6% de moyenne, sur 5 kms, équivalent à un D+ de 315 mètres. Il y a quand même certaines portions entre 8 et 12% mais de manière très courte. La montée est au frais, dans les bois, sur une chaussée plutôt bonne à partir du premier tiers de l’ascension.

L’arrivée est dégagée, avec un joli point de vue. Des restaurants sont présents pour se désaltérer, ou reprendre des forces.

La descente n’est pas très large mais pas dangereuse. Elle est très belle, avec de vrais panoramas. La route est sûre, sans virage serré en épingle. Etxalar, le village pittoresque espanol de l'arrivée *est très sympa. L'architecture est atypique. Fronton et terrasses sont pleins en fin de matinée, la pelote basque bat ses murs, les pintes de bière coulent.

Même si l’on sort d’une heure de moyenne montagne, le profil reste cabossé. Un faux plat montant de 2-3% vient gâcher les bénéfices de la descente, avant que cela redescende direction Bera. Ce passage routier est très passant, avec notamment des camions. Les bas-côtés sont assez larges, et permettent de ne pas trop s’exposer.

Une petite partie en bords de Bidassoa vient amener un peu de calme, avant de traverser Bera.


Col d'Ibardin


C'est le moment de prendre sur la gauche vers le retour, en direction du fameux col d’Ibardin, connu des amateurs de Ricard, Whisky et cigarettes. Si vous prenez en face, vous aurez le charme du col de Lizuniaga.

Une montée de 5,5 kms à 5%, roulante, qui donne quelques jolis points de vue derrière les arbres. Le fait que la montée ne soit pas insurmontable fait que certains viennent s’y essayer sur du fractionné. Ne vous fâchez donc pas si vous vous faites doubler par des avions de chasse, plus jeunes, et surtout, beaucoup plus en forme, ou avec moins de formes…au choix.

Certains virages donnent un peu de dénivelé mais on relance régulièrement. Même un cyclotouriste « du dimanche » peut avoisiner les 15/16 km/h. Histoire de se prendre pour Pantani (dans du 25%). Il est possible de corser un peu l’affaire après le panneau d'arrivée en prenant tout de suite à gauche sur le petit rond-point vers les « ventas », et une montée qui doit avoisiner les 15%, histoire de se finir avant l’apéritif.

La descente vers Urrugne est chargée en trafic, et même si l’asphalte est récent, et que la route est large, il faut faire attention aux voitures qui montent depuis le côté Français. Sans trafic, la redescente est très plaisante et rapide.


Une sortie accessible à tous et toutes, avec des pourcentages modérés qui laissent la place à tous les profils, et tous les vélos. L’opportunité de faire de la moyenne montagne, sur une courte distance, qui donne 61 kms, pour 930 mètres de D+.




Le petit conseil Vélo Futé : Evitez cette sortie le samedi matin / midi si vous êtes vraiment ennuyés par le trafic routier. C’est une zone de passage, et les routes autour de la frontière sont également passantes, surtout dans le sens France - Espagne. Privilégiez plutôt le dimanche à la fraîche.


Par Pierre GOUGUET, de Bordeaux. Fidèle de VéloFuté.

Contributeur @LaHockeyCulture, @Hockeyarchives, @NYRangersFR

Twitter : @PGouguet




168 vues

Posts similaires

Voir tout