top of page

Cinq victoires surprises sur Milan - San Remo

Milan - San Remo est sans doute la course la plus indécise côté classiques World Tour et indiscutablement parmi les "Monuments". Nous vous proposons donc de découvrir ou redécouvrir cinq victoires surprises qui ont marqué le 21e siècle.

Quand on regarde le palmarès de La Primavera on s'aperçoit qu'il n'y a quasiment que des cadors qui l'ont remportée. Quasiment mais pas que. Parfois, il y a de grosses surprises.


5 - La "non" victoire de Peter Sagan


A son arrivée dans le peloton professionnel, Peter Sagan se démarque immédiatement par sa capacité à sprinter tout en passant très bien les bosses. Dès lors, tout le monde s'attend à ce que le Slovaque remporte Milan - San Remo. Pourtant, la Primavera lui résistera encore et toujours. Il ne monte que deux fois sur le podium, en 2013 et 2017. Deux éditions qu'il aurait dû remporter tant il était plus rapide que ses compagnons d'échappées. Sa non victoire reste encore aujourd'hui un mystère pour nous.


4 - Un podium surprise, aussi plaisant qu'inattendu


Avant 2016, Arnaud Démare était considéré comme un bon sprinteur, encore à polir mais n'avait que 4 victoires en World Tour (une Cyclassic de Hambourg certes) et aucune sur les GT en trois participations. Il sortait d'ailleurs d'un Tour de France anecdotique ponctué sans aucun top 5 sur les sprints. Il n'était donc pas attendu comme le prochain vainqueur de La Primavera, ne faisant partie ni des bons puncheurs ni des meilleurs sprinteurs, malgré un très bon début de saison avec une victoire sur Paris-Nice . Pourtant, il parvient à s'accrocher dans le Poggio et fait partie d'un groupe d'une trentaine de coureurs qui déboule sur la Via Roma. Parmi eux, Sagan, Valverde, Kristoff ou Cancellara. Le Français avait une chance unique puisqu'il était l'un des plus rapides du groupe et au terme d'un sprint puissant, il remporte le premier et toujours seul Monument de sa carrière. Cette édition 2016 est d'ailleurs surprenante puisque le podium est complété par Ben Swift et Jurgen Roelandts. Probablement le podium le plus improbable du 21e siècle. Raison pour laquelle nous avons inscrit cette victoire comme parmi les surprises sur San Remo.


3 - Jasper Stuyven piège les favoris


En 2021 et comme chaque année, un très grand nombre de coureurs sont candidats à la victoire. Dans le Poggio, un gros groupe se détache et arrive groupé en bas de la descente, à 3km de l'arrivée environ. Les attaques se succèdent et Stuyven sort de sa cachette pour placer un contre fulgurant qui piège notamment Caleb Ewan, le meilleur sprinteur du groupe qui était impressionnant dans le Poggio. Plus personne ne le reverra ! Cela reste évidemment la plus grande victoire du Belge mais aussi sa dernière victoire en carrière à ce jour. Si Stuyven est un très bon coureur, il n'était pas attendu qu'il gagne un monument.


2 - Matthews Goss, un Australien peut en cacher un autre


Un an avant la victoire de Simon Gerrans, un autre Australien a surpris les favoris. Matthew Goss. Véloce, le sprinteur de la HTC High Road parvient à suivre un groupe de cadors avec Cancellara, Gilbert ou Nibali et Ballan. Un véritable coup de poker puisque l'Australien est sans aucun doute le plus rapide du groupe, sur le papier mais après 300 km, il peut y avoir des surprises. Il n'en fut rien. Goss domine Cancellara, 2e et Gilbert, 3e. Sûrement l'année où le Belge est le plus proche de remporter Milan - San Remo. Des espoirs envolés face à la surprise australienne qui n'avait jusque là que 13 victoires.


1 - Gerald Ciolek, la comète


C'est la victoire la plus inattendue mais aussi la plus belle revanche. Gerald Ciolek était en effet, à son arrivée dans le peloton, vu comme le grand sprinteur de demain. Un énorme potentiel au sein du T-Mobile puis Team Columbia. Mais l'Allemand ne parvient jamais à convaincre et finit par quitter le World Tour pour le Pro Tour chez MTN Qhubeka. La majeur partie de ses succès sont remportés entre 2006 et 2009. Il est considéré donc comme un éternel espoir qui ne confirmera jamais, excepté en ce 17 mars 2013 où Ciolek surprend Peter Sagan au sein d'un petit groupe de coureurs qui se jouent la victoire sur la Via Roma. Sagan échoue d'un rien. Ciolek remporte un succès considérable pour lui mais aussi son équipe. La plus belle victoire de l'histoire de la formation sud africaine et la plus grosse comète du 21e siècle au palmarès de Milan San Remo.

1 489 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout
Notez l'article
Je n'aime pasPas superBienParfaitJ'adore
bottom of page