top of page

Matteo Jorgenson, plan B de la Visma Lease a Bike sur le Tour de France 2024 ?

Suite à sa terrible chute sur le Tour du Pays Basque, Jonas Vingegaard a bien failli tout perdre. Finalement, le Danois est remonté sur le vélo, mi mai, après plusieurs semaines à l'hôpital. Pressenti pour faire son grand retour sur le Tour de France 2024, Jonas Vingegaard peut-il être au top de sa forme ? On a de gros doutes. Mais alors, la Visma Lease a Bike a-t-elle un plan B en cas de défaillance du Danois ?

Visma Lease a Bike, c'est quoi le plan B sur le Tour de France 2024 ?

Contexte :

Double vainqueur en titre de la Grande Boucle, Jonas Vingegaard est le favori logique à sa propre succession en début de saison, surtout que le Danois n'a que faire des Jeux Olympiques, dont le positionnement fin juillet-début août préoccupe de nombreux coureurs. Son programme, similaire à l'an dernier, le ferait arriver sans surprise au top en juillet, sauf accident. Et c'est ce qui est arrivé. Sa terrible chute sur le Tour du Pays Basque a choqué. Les images faisaient même craindre une fin de carrière immédiate. Froome ne s'est jamais remis de sa grosse blessure, même si il n'avait pas le même âge.



Après plusieurs semaines à l'hôpital, Vingegaard a repris l'entrainement mi mai, chez lui au Danemark. Point de relief mais l'occasion de remettre en route la machine, enrayée après une longue période de convalescence. Incapable de prendre le départ du Dauphiné, il s'est rendu le 30 mai à Tignes, pour se préparer en altitude, avant que le reste de l'équipe du Tour ne le rejoigne. Une course contre-la-montre est lancée.


La grande question est donc de savoir si Vingegaard sera prêt en juillet. Et si il sera capable de tenir trois semaines après avoir arrêté le vélo aussi longtemps. Si ce n'est pas le cas, c'est quoi le plan B?

SOS, c'est quoi le plan B pour le Tour de France chez Visma ?

Soyons clair, la seule et unique chance de Visma de gagner le Tour de France, c'est Vingegaard. Si le Danois n'est pas assez en forme pour peser sur la course ou même y participer, il faudra compter sur d'autres coureurs mais aucun n'est capable de battre les Pogacar, Roglic et consorts.


Matteo Jorgenson est pour nous le choix logique. Transfuge de Movistar cet hiver, l'Américain aura 25 ans le 1er juillet et semble le coureur le plus à même de remplacer Vingegaard. Complet, c'est un excellent rouleur qui ne perdra pas grand chose sur ses adversaires en chrono et c'est aussi un excellent Flandrien qui saura gérer l'étape des chemins de vignes autour de Troyes, le dimanche 4 juillet. Enfin, il a surpris sur Paris-Nice en se montrant fort, offensif et régulier. Une performance qui lui a permis de remporter la course au nez et à la barde de Remco Evenepoel, impuissant, et d'un Roglic inexistant.

Son Critérium du Dauphiné a été encore meilleur qu'imaginer puisqu'il a failli remporter la course le dernier jour, suite au craquage de Roglic. Il échoue pour moins de 10 secondes mais aura montré son talent et sa solidité aussi bien sur le chrono (3e) qu'en montagne sur des ascesions pentues qui ne lui correspondait pas particulièrement. Mais si l'on envisage aisément qu'il puisse nous surprendre en montant au mieux sur le podium, le voir gagner nous paraît inconcevable. En tout cas cette année. Et pourtant, c'est lui qui apporte le plus de garanties.



Vainqueur surprise de la Vuelta 2023, après un triplé historique de Jumbo-Visma, Sepp Kuss a forcément gagné en assurance et s'est libéré d'un poids, celui d'assumer le statut de leader. Il semble être un leader crédible dans la tête de Visma Lease a Bike mais plutôt pour le Giro ou la Vuelta, pas pour le Tour, qui nécessite des caractéristiques différentes. L'Américain est sans doute l'un des meilleurs grimpeurs du peloton et est le meilleur équipier en montagne qu'on puisse avoir. Mais les chronos vont lui coûter cher, même s’il a fait des progrès dans le domaine. De plus, l'étape de Troyes est une véritable inconnue même s’il a montré sur la Clasica Jaèn des aptitudes sur ce type de terrain. Mais on se rappelle qu'il remporte tout de même le Tour d'Espagne grâce à une longue échappée. Que Roglic était dans son équipe, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui et que Pogacar n'était pas là. Cela fait tout de même trois raisons majeures qui font planer le doute sur sa capacité à briller sur le Tour de France. Très honnêtement, nous le voyons dans le top 10 mais nous préférions le voir en soutien de Jorgenson ou Vingegaard si ce dernier est bien présent.


Tout faire pour que Vingegaard soit au départ du Tour de France 2024?

Cela semble clair, si il existe un plan B voire C, aucun d'eux ne semble compatible avec l'objectif de départ de remporter le Tour de France 2024. Il faut donc tout faire pour que Jonas Vingegaard soit au départ du Tour et baisser ses prétentions si ce n'est pas le cas. Espérer, s’il est un peu juste les premiers jours, qu'il puisse monter en puissance au fil du temps. Et s’il est en forme dès la première étape, souhaiter qu'il puisse tenir trois semaines malgré le peu d'entrainement et l'absence de courses de préparation. On le rappelle, au départ du Tour, Vingegaard aura quasiment 3 mois sans jour de courses... un grand vide. Et le souci majeur, c'est que le week-end final est sans doute le plus difficile du 21e siècle avec deux grosses étapes de montagne le vendredi et le samedi et un contre-la-montre, pour la première fois depuis 40 ans, lors du dernier jour de course. Il faudra donc être prêt dès le premier jour et être en forme jusqu'à la dernière heure de course. Un challenge énorme pour un coureur convalescent, même quand on s'appelle Vingegaard. Gagner serait un véritable exploit qui s'apparente à déplacer une montagne. Une montagne trop grande. C'est en tout cas le plus gros enjeux de ce mois de juin. Réponse dans un peu moins de deux mois.

971 vues0 commentaire

Comments


Notez l'article
Je n'aime pasPas superBienParfaitJ'adore
bottom of page