• Quentin DURAND

Top 10 Baroudeurs : Tim Wellens, l'incontrôlable

7ème de notre classement, Wellens suit la lignée des grands coureurs belges grâce à son panache et ses qualités de puncheur-rouleur. Coureur complet, il met ses qualités à profit dans les longues échappées. Un animateur de course qui fait partie du gratin des baroudeurs. On vous décrypte.

Quand on pense à Tim Wellens, on pense tout suite à ce coureur endurant, qui se lance à fond dans les échappées. Son endurance, il la doit à son travail, comme il l'avait rappelé en 2019 : "Moi je suis contre les puffs ! Je n’ai pas envie d’améliorer ma respiration de 7% de cette façon-là. Et je crois que quand on commence à utiliser des puffs, après on ne sait plus vivre sans. Je refuse d’être dépendant de ce genre de choses. Donc, je suis clairement contre. Mais de très nombreuses personnes en utilisent. Si le public savait combien de coureurs ont un puff... c’est énorme !". Car oui, Tim Wellens est aussi un sacré caractère qui n'hésite pas à avoir des positions très tranchées, qui ne plaisent pas toujours dans le peloton, et on comprend pourquoi. Pour rappel, les puffs sont liés au Tramadol, médicament pour les asthmatiques, qui améliore aussi la respiration des non-asthmatiques. Décryptage de ce coureur au tempérament bien trempé, ce qui se retranscrit sur le vélo.


Pourquoi lui :


Sur quel Grand Tour n'avons-nous pas vu Tim Wellens à l'attaque durant le début d'une étape ? Honnêtement, on n'en a pas le souvenir. Mais si il fait partie de ce classement, c'est parce qu'il a cette capacité à convertir ses tentatives. Avec 4 victoires sur les GT, dont deux l'an dernier sur la Vuelta, Tim Wellens est un acteur majeur des débuts d'étape. Son numéro sur le Tour de Pologne 2016, où il gagne avec près de quatre minutes d'avance sur son dauphin illustre parfaitement la carrière du coureur et son caractère offensif. Ce genre de performance lui a d'ailleurs permis de remporter des classements généraux, et notamment ce Tour de Pologne. Avec 4 victoires en échappée sur le World Tour et 11 victoires dans toute sa carrière, Wellens est clairement l'un des meilleurs scoreurs dans le domaine.


Wellens, le « fait tout » belge


A l’aise sur tous les terrains, Wellens est un coureur complet au style très épuré. Cycliste élégant, Tim fait partie de la grande équipe belge des classiques et de baroudeurs, Lotto Soudal. Il y amène sa détermination et sa grande science tactique. Il sait flairer les bons coups sur les parcours accidentés comme roulants. Peu de failles, il sait attaquer au bon moment et résister à ses adversaires. Wellens est un puncheur – rouleur – grimpeur excellent sur tous les terrains. L’homme à tout faire.


Capable de partir en attaque matinale comme en fin de course, sa pointe de vitesse l’aide à régler les sprints en petit comité. Endurant, vif et intelligent, Wellens parfait son « baroudeur style » en réalisant des séjours « back packing » avec un des plus grands costauds du peloton, son ami Thomas De Gendt.

Sa belle échappée :


Nous sommes en fin d’après-midi, lors de la 14ème étape de la Vuelta 2020. Tim Wellens prend le virage à gauche à l’intérieur et laisse Woods sur le carreau. Le Belge peut lever les bras et exulter. Il vient de franchir la ligne en premier, au prix d’un bel effort dans un final en bosse. Il vient de remporter sa deuxième étape sur le tour d’Espagne au nez et à la barbe du Canadien qui pourtant envoyait du bois.


Un peu plus tôt en début d’étape, les coureurs étaient nombreux à vouloir faire partie de l’échappée, qui avait de grandes chances d’aller au bout. Après une grosse bataille, seuls sept d’entre eux ont réussi à être présent à l’avant. Tim Wellens, Marc Soler, Thymen Arensman, Pierre-Luc Périchon, Michael Woods, Zdenek Stybar et Dylan van Baarle composaient l’échappée du jour. Une échappée royale de baroudeurs qui ira jusqu’au terme de l’étape de 204km pour jouer la gagne.