Top 10 Baroudeurs : Thomas de Gendt, machine à rouler

Si on devait traduire en belge le terme « Baroudeur », on l’écrirait « De Gendt » tellement le nom du Belge est associé à ce style de coureur. Le solide athlète de la Lotto est LA référence en ce domaine dans le peloton actuel. Il est logiquement placé à la 2e place de notre classement. On vous décrypte.



Il aurait sa place à côté d'Aragorn dans le Seigneur des Anneaux au vu de sa vaillance légendaire. Spécialiste de l'effort solitaire, et pas qu'en échappée, on dit de De Gendt qu'il aurait lui même conduit Frodon Saquet jusqu'au Mordor. Son destin à lui, ce n'est pas l'anneau, mais bien prendre les échappées pour aller au bout.


Pourquoi lui ?


Sommes-nous obligés de répondre à cette question tant la réponse semble évidente ? Très à l’aise en montagne, il a remporté l’étape du Tour de France au Mont Ventoux en 2016 au prix d’un bel effort devançant son compatriote Serge Pauwels. Autre fait d’armes et non des moindres, sa victoire lors de l’étape reine du Giro en 2012 lui permettant de se hisser sur le podium du Giro.


Thomas De Gendt fait partie de la caste des vainqueurs sur les 3 Grands Tours, véritable exploit qui ne recense que 103 coureurs dans l’histoire du cyclisme. Autre particularité du Belge, c’est qu’il a gagné ses 16 victoires professionnelles sur des courses à étapes. Rien d’étonnant quand on connait l’homme qui ne recherche les victoires qu’après des barouds d’honneur. 5 fois vainqueur sur les routes de Catalogne, ainsi que sur le Dauphiné et Paris-Nice, De Gendt sent la course et ne se lance pas dans des échappées pour montrer le maillot. C’est un coureur intuitif qui ne ménage jamais ses efforts pour aller chercher la gagne sur les plus grandes courses à étapes du WT.


Inépuisable baroudeur


Thomas de Gendt a obtenu toutes ses victoires professionnelles en s’échappant en début de course pour anticiper les bagarres entre favoris. Le Belge aime les parcours cassants et sinueux afin de faire parler sa puissance. Bien posé sur son vélo, il ne se met que rarement en danseuse pour escalader les cols les plus durs. L’homme est puissant : une vraie brute du pédalage avec ses braquets insolents. Il n’y a pas meilleure description de « baroudeur » que le style que représente le natif de Saint Nicolas Waes. Il roule au train pour user ses adversaires sans à-coup. Pas besoin de mettre une accélération. Il dévore ses compagnons d’échappée en roulant fort et en appuyant ses relais. Thomas « le Grand » est un soliste, un amateur d’aventure. Ses victoires en témoignent.


Au-delà de son côté « solitaire », il reste néanmoins un super équipier. Ses talents de rouleurs font de lui un coureur parfait pour maintenir un rythme élevé en tête du peloton pendant des dizaines de kilomètres afin de rouler pour ses sprinteurs Ewan ou Greipel chez la Lotto Soudal.


Baroudeur dans la vie professionnelle mais aussi personnelle, il n’hésite pas à partir en « bike packing » avec son grand ami et autre membre de notre top 10, Tim Wellens, en pédalant des semaines complètes en autonomie sur des routes sinueuses. Pour De Gendt, être baroudeur n’est pas qu’un style, c’est une philosophie de vie.


Sa belle échappée : Le chef d'œuvre stéphanois


Lors du 13 Juillet 2019, De Gendt réalise un de ses plus grands exploits. La 8ème étape entre Macon et Saint Etienne est un vrai chantier. 7 ascensions sont répertoriées lors de cette étape difficile entre les monts du Beaujolais et du Lyonnais.


Dès le premier kilomètre, Nicki Terpstra, Ben King et Thomas de De Gendt partent. De Marchi les rejoindra quelques kilomètres plus loin. L’échappée prendra jusqu’à 5 minutes d’avance sur un peloton mené par les Bora et Sunweb. De Gendt passe en tête des quatre premières ascensions. Usé par les relais puissants du Belge et de l’Italien, King et Terpstra lâchent dans le col de la Croix Part. Le duo de tête compte seulement 1 minute d’avance avant la côte de la Jaillère. C’est dans cette difficulté que De Marchi est lâché par l’inusable Belge qui fracasse ses pédales. Il parviendra à résister à Alaphilippe et Pinot qui finiront 6 secondes derrière le Belge.


200km d’échappée où Thomas de Gendt aura usé petit à petit ses compagnons d’échappée sans véritable accélération. Un exploit athlétique que qualifieront tous les observateurs du Tour de panache exceptionnel. Si pour beaucoup le terme baroudeur est péjoratif, Thomas de Gendt nous prouve le contraire.


955 vues

Posts similaires

Voir tout