• Romain Bougourd

Guillaume Martin : « La proximité de mondes divers fait de Paris une ville spéciale »

Mis à jour : il y a 6 jours

S’il y est né, Guillaume Martin (Cofidis) a appris à découvrir Paris bien plus tard, en tant que jeune étudiant. Le 11e du Tour nous confie ses souvenirs et impressions sur la capitale française, théâtre traditionnel du grand final du Tour de France.


Pouvez-vous nous raconter quelques souvenirs de jeunesse à Paris ?


« J'ai quitté Paris après seulement quelques mois, mes parents souhaitant revenir à la campagne, en Normandie d'où mon père est originaire. Le fait que j’enchaînais les bronchites à cause de la pollution a renforcé et accéléré leur envie de départ ! Je n'ai donc pas vraiment de souvenirs de moi habitant à Paris. Ceci étant, mes grands-parents, ma tante et mes cousins ont continué d'y vivre pendant toute mon enfance. J'y allais donc souvent, en tant que visiteur. J'aimais particulièrement nos sorties au Jardin d'Acclimatation !


Comment décririez-vous la capitale française ?


Paris est une ville qui a un vrai charme, où l'on peut encore trouver - me semble-t-il - certains lieux typiques qui font la particularité de la culture française. Au milieu de ces rémanences d'un monde passé, il y a évidemment de nombreux quartiers très modernes, complètement empreints de notre société globalisée. C'est cette proximité de mondes très divers, cette ambiguïté, qui fait selon moi de Paris une ville spéciale.


Quelle relation entretenez-vous avec Paris ?


Tout au long de mon enfance, j'allais donc souvent à Paris, sans vraiment connaître cette ville puisque j'y étais à chaque fois guidé par ma famille. Plus tard, pour mes études que j'effectuais en lien avec l'université Paris-Nanterre, j'ai passé quelques semaines à Paris en tant que quasi-résident. J'ai appris à redécouvrir la ville, selon mon propre point de vue cette fois. C'était assez amusant comme expérience : auparavant je n'avais aucune connaissance de la place des différents arrondissements, des différents monuments... Je me laissais porter. Ce n'est que jeune adulte que j'ai établi les connexions, que j'ai eu une vision d'ensemble de la capitale. Le fait de devoir la traverser à vélo pour aller rouler, puis plus tard lors de la dernière étape du Tour finissant sur les Champs Elysées, m'a permis "d'apprendre" Paris à mon propre rythme.


Paris n'est peut-être pas un endroit idéal pour le vélo. Que conseillez-vous aux cyclistes en quête d'aventure aux alentours de Paris ?


J'ai donc passé quelques semaines en tant que cycliste dans Paris, plus précisément dans le 11ème arrondissement, près de Belleville. J'allais évidemment m'entraîner parfois à Longchamps, ou autour du château de Vincennes. Mais j'aimais particulièrement longer le canal de l'Ourcq, pour ensuite rejoindre la campagne de Seine et Marne, et ses vallons.


Avez-vous un endroit, un restaurant atypique, qui sort des sentiers battus que vous aimeriez nous conseiller à Paris ?


J'ai découvert beaucoup de petits "boui-boui" que j'ai particulièrement apprécié à Paris, mais je pourrais citer un restaurant plus haut de gamme, où j'ai été une fois pour mon anniversaire. Il s'agit du restaurant japonais Guilo Guilo près de Montmartre, qui sert un menu unique à une quinzaine de convives attablés autour d'une cuisine ouverte, deux fois par soir. L'ambiance est originale et la cuisine très raffinée. »


Voici le profil de la dernière étape, arrivant à Paris, Champs-Elysées :



35 vues
Logo vf4Bis2.png

NOUS SUIVRE

  • Twitter
  • Facebook - Gris Cercle

Par Romain & Titouan

Abonnez-vous à notre newsletter