• Titouan Lallemand

Anthony Turgis : "Je rêve de Paris-Roubaix et du Ronde"

Auteur d'une superbe campagne de classiques Flandriennes, Antony Turgis a porté haut les couleurs du Team Direct Energie. Trois fois dans le top 10 d'affilée et notamment sur le Tour des Flandres, ses résultats ne reflètent pas son niveau réel, qui paraissait supérieur. En période de repos, le Français de 26 ans nous a accordé un peu de son temps pour nous raconter son début de saison mais aussi ses objectifs et espoirs à venir.



Tu as réalisé un début de saison fantastique. Comment l'as-tu vécu?

Très bien. Je suis resté bien concentré et j'étais très en forme. Je suis content de toute la campagne de classiques et aussi de toutes les courses auparavant qui ont été très bonnes pour moi.


T'attendais-tu à être aussi performant cette année ?

Oui, c'est le but que je recherche à chaque fois. Je voulais être aux avant-postes et l'an dernier j'ai eu la confirmation au Tour des Flandres que j'avais les moyens de me mêler à la lutte.


Tu as été vraiment été impressionnant, tu faisais partie des meilleurs. As-tu ressenti que tu es passé proche de quelque chose de grand ?

C'est sûr qu'à des moments je suis passé très proche de la victoire, comme à Kuurne où je finis 2e. Il y a toujours plus de déception dans le vélo que de moments satisfaisants donc faire des résultats comme cela sur plusieurs courses m'a rendu heureux.


As-tu changé tes méthodes d'entrainement ou est-ce la continuité de ton travail depuis plusieurs années ?

La continuité joue un rôle c'est certain et puis il y a aussi la recherche de la performance. Sur le moment on sait ce qu'il nous manque pour progresser. J'ai continué sur les mêmes entrainements tout en peaufinant certaines choses pour être encore mieux. L'approche des saisons est différente mais l'approche reste la même. Cette année j'ai cependant changé un peu les exercices. J'ai fait plus de sprints par exemple que les autres années et puis je continue la musculation qui me permet aussi de continuer à progresser.


En termes de préparation, as-tu choisi de nouvelles courses ?

Non justement, je voulais changer cette année mais avec les problèmes de COVID, j'ai fini par reprendre un calendrier plus classique que je fais depuis 7 ans à quelque courses près. Ça me permet de me situer, connaître mon niveau et savoir si tout va bien et continuer ou non.


Quelle étaient les courses que tu souhaitais faire cette année ?

J'ai fait beaucoup de courses françaises en début de saison alors que je voulais plutôt partir sur un programme plus Flandrien avec les courses comme le Qatar, qui sont des courses de bordure avec des températures agréables. Après, je n'ai pas de regret quand je vois mes résultats sur les classiques [Rire].