top of page

Milan San Remo 2023 : Un Poggio de folie pour un Van der Poel de Gala

Tout s'est joué dans le Poggio. Cette édition de Milan-San Remo 2023 a mis du temps à s'emballer. Plus que l'an dernier. Mais le Poggio a livré son jugement, notamment grâce au vent de dos mais aussi grâce à un travail énorme d'UAE Emirates Team et d'un numéro de Van der Poel.


La Masterclass du Poggio


On attendait un gros rythme dans la Cipressa, on a eu un faux rythme avec 100 coureurs au sommet. Car UAE avait décidé de tout miser sur le Poggio avec une grosse accélération de Tim Wellens dès le pied. Une première sélection s'est faite et tous étaient déjà asphyxiés. Certains étaient à la limite de rupture, d'autres non, mais il était important d'être dans les premières positions lorsque Matteo Trentin a décidé de se relever ! C'est sans doute l'un des moments forts de cette ascension qui peut être vue comme une Masterclass de la part de l'Italien. En perdant la roue volontairement, il crée une cassure qui est trop dure à boucher tant la vitesse est élevée. Cosnefroy, premier dans la roue, ne peut pas bouger, et c'est déjà terminé.


Devant, Pogacar lance son show au même moment et fait exploser les derniers coureurs présents sauf Van Aert, Van der Poel et un Ganna de Gala. Un sacré timing !! Mohoric, vainqueur l'an passé perd quelques mètres ! Ganna recule un peu et c'est Van Aert qui ramène Van der Poel dans la roue de Pogacar. L'Italien lui réussit à accrocher la roue. Un petit effort pour Wout qui lui fait peut être perdre la course à cet instant. Tout va donc se jouer entre les quatre devant ... ou pas.


La mine de Van der Poel


Le Poggio est court, le Poggio n'est pas difficile, mais après 290 km, la fraicheur fait la différence. La fraicheur mais aussi la puissance. Et Van der Poel n'en manque pas. Alors que tout le monde est à la limite au sommet, il place une attaque terrible dont lui seul a le secret. Pogacar n'a pas les jambes pour suivre. Lui que tout le monde annonçait comme le vainqueur évident de cette course. A l'inverse, Van der Poel arrivait discrètement et a peut-être endormi ses adversaires avec un Tirreno très discret :" Je dois être honnête, mes jambes sont un peu décevantes jusqu’à présent. Je m’attendais peut-être à un peu mieux." Mais le champion néerlandais n'était pas inquiet et il avait raison.



Au sommet, il avait cinq petites secondes d'avance. Suffisantes tant il était difficile pour les trois suiveurs de s'organiser, d'autant qu'ils amèneraient Van Aert sur un plateau en cas de sprint. Au final, les cinq secondes ont suffi et elles permettent à Van der Poel de remporter son 3e Monument, le 2e différent après le Ronde. Monuments Man a frappé !!

553 vues0 commentaire

Comentarios


Notez l'article
Je n'aime pasPas superBienParfaitJ'adore
bottom of page