top of page

Interview de John Degenkolb (DFP) : « J’aimerais continuer encore un an en 2025 »

A 35 ans, l’Allemand John Degenkolb entame sa 14e saison professionnelle au sein du Team dsm-firmenich PostNL. Le vainqueur de Paris-Roubaix 2015 apprécie son rôle d’encadrant avec les jeunes pousses de l’équipe et aimerait poursuivre encore en 2025.

Johen Degenkolb en interview "j'aimerais continuer encore un an en 2025"

2024 sera votre 14e saison en tant que professionnel. Êtes-vous toujours aussi motivé que pour les premières ?

Oui, évidemment. Hier, nous sommes arrivés sur le lieu du stage et on a découvert les nouveaux maillots, les nouveaux équipements, c’est toujours très spécial. C’est un peu notre Noël à nous, cyclistes pros. C’est le départ d’une nouvelle saison, et l’équipe a aussi changé. On accueille Fabio Jakobsen, qui est un top sprinteur et peut nous ramener de grandes victoires. C’est notre objectif principal cette saison avec lui, en mettant en place un train performant.


Quels sont vos meilleurs souvenirs lors de vos 13 premières saisons ?

Oh, c’est compliqué. La victoire qui ressort directement c’est bien sûr Paris-Roubaix 2015. Ça a toujours été un rêve, même quand je n’étais pas encore professionnel. Donc forcément, c’est ma plus belle victoire. Mais je pense aussi que mon rôle en tant que coureur a beaucoup changé. Aujourd’hui, je suis plus dans un rôle de soutien de l’équipe, de capitaine de route. Et dans cette perspective, chaque victoire ou succès de l’équipe est tout aussi important que mes succès personnels.


Vous êtes aussi le plus âgé de l’équipe, vous venez d’avoir 35 ans, joyeux anniversaire au passage…

(Rires) merci beaucoup.


Dans l’équipe, 15 coureurs ont moins de 25 ans. Cela vous plaît d’avoir en quelque sorte le rôle du grand frère ?

Oui, cela me rajeunit aussi et me maintient motivé. J’aime travailler avec les jeunes et essayer de leur permettre de devenir meilleurs. C’est pour moi un réel enjeu et surtout cela me procure beaucoup de plaisir.


Vous dîtes que votre rôle a changé au sein de l’équipe, pourtant vous avez montré que vous aviez encore de super jambes, on pense notamment à Roubaix l’an passé, où vous auriez pu finir mieux que 7e sans cette chute à 16 km de l’arrivée. Pensez-vous pouvoir retrouver ce niveau cette année ?

Je ne vois pas pourquoi je n’y arriverais pas si ma préparation est du même niveau que l’an passé. C’était une course très dure, et je pense que c’est le type de course qui me convient le mieux. J’espère pouvoir être encore à ce niveau, mais surtout que nous serons performant en tant qu’équipe.


Cette course vous reste-t-elle en tête, ou avez-vous accepté le résultat et cette chute cruelle ?

Je pense que ça ne sert à rien de ressasser ce genre de choses. On peut toujours y penser et refaire la course dans sa tête, mais ça coûte de l’énergie pour pas grand-chose. Ma famille m’a aidé à digérer la déception et à passer à autre chose.


Y retournerez-vous avec un esprit de revanche, ou est-ce que l’objectif de l’équipe est plus important ?

Je n’y vais pas dans un esprit de revanche, je veux simplement y être en forme et réaliser une bonne course, surtout pour l’équipe. Si j’ai l’opportunité de jouer ma chance et de faire un bon résultat, je la saisirai. Mais ma priorité est vraiment de servir l’équipe, d’être performant et utile dans le train pour le sprint et aider les autres.


L’équipe est ce qui compte le plus, vous l’avez répété, et DSM-firmenich PostNL a fini 2023 à la 18e place du classement UCI, une position délicate. Comment vivez-vous cette situation en tant qu’équipe ?

L’ambiance reste bonne. On va essayer de démarrer la saison le mieux possible, mais on n’est pas dans une optique d’urgence non plus. On veut faire en sorte de progresser en tant qu’équipe et on pense que c’est ainsi que l’on prendra nos points. On doit surtout progresser dans l’esprit de la gagne, montrer plus de caractère. 2023 n’a non plus été une si mauvaise année, mais on a manqué un peu de cet état d’esprit je pense.


Quel sera votre programme pour cette année ?

Ma première course sera le Saudi Tour, comme en 2023, et je vais poursuivre sur le même programme au Portugal, avec la Figueira Classic et le Tour de l’Algarve. Ensuite j’enchaînerai avec l’« Opening Weekend » (Omloop Het Nieuswblad), avec comme grand objectif Kuurne, je pense pouvoir courir avec les meilleurs. Après ce seront les classiques et le reste n’est pas encore décidé.


A 35 ans, vous entrez dans votre dernière année de contrat avec l’équipe. 2024 sera-t-elle votre dernière saison ?

Je n’ai pas encore pris de décision et je n’ai effectivement pas encore de contrat pour l’an prochain, mais j’ai encore énormément de motivation. Donc j’aimerais poursuivre encore un an en 2025.

315 vues0 commentaire

Comments


Notez l'article
Je n'aime pasPas superBienParfaitJ'adore
bottom of page