• Romain Bougourd

Grand Départ : « Nice est une ville de création et de créativité » (2/2)

Mis à jour : août 9

Suite et fin de notre long entretien avec Denis Zanon, directeur de l'office de tourisme de Nice, qui nous parle de ses sites niçois favoris mais aussi de son souhait de voir un Français s'imposer dans la métropole pour le début du Tour de France.


Le Grand Départ de 2020 a lieu quatre ans après les attentats de Nice. Pour de nombreuses personnes, la promenade des Anglais rappelle avant tout ce terrible souvenir. Recevoir le Tour, était-ce aussi un moyen de dé-traumatiser la population ?


Bien sûr, cela fait partie intégrante de la démarche événementielle, de la résilience de Nice, qui est amorcée depuis deux ans. Cet événement était dramatique et restera à jamais en nous, mais la ville a une capacité de résilience qui symbolise tout ce qu’elle a à offrir : la beauté du site, le soleil, cette douceur de vivre méditerranéenne, cette joie de vivre. Vous savez, Nice a toujours été une ville de créativité et de création, culturelle, économique. C’est également une vraie terre de sport, la moitié de la population a moins de 40 ans, donc on avance, sans oublier. Mais cela fait partie de notre stratégie événementielle, de faire rayonner cette ville, on est en train de repenser le tourisme. Nous sommes la 2e ville destination touristique française et pourtant il n’y a pas de tourisme de masse. Nice est une ville ouverte sur le monde et possède une vraie maîtrise de son activité touristique, et on va renforcer tout ça.


Quels sont vos sites préférés à Nice ?


Ma madeleine de Proust niçoise est vraiment la commune du château. C’est un endroit chargé d’histoire, très important dans l’histoire de Nice. D’un point de vue topographique, c’est fabuleux, car c’est une commune posée dans la ville, avec vue sur la mer. D’un côté il y a le port, de l’autre la vieille ville, c’est nature, très boisé. C’est un réel belvédère qui procure une formidable vue sur toute la ville, toutes ses parties. J’adore y déambuler, c’est un véritable îlot de nature en pleine ville, et cela procure un plan contemplatif exceptionnel.

Vue de Nice (Crédit : Office de tourisme de Nice)

Mais le Tour mettra surtout en valeur la promenade des Anglais, la place Masséna, et surtout l’ensemble de l’arrière-pays. On aura un magnifique panorama de toute l’offre que propose la métropole Nice-Côte d’Azur, une sorte de petit pays dans lequel vous retrouvez de la petite, moyenne et haute montagne, du patrimoine avec ses petits villages perchés, des points de vue, de la nature avec le parc du Mercantour, et l’urbanité dans ce qu’elle a de plus intéressant. Nice est une ville posée sur la mer, sans être une station balnéaire, belle, ergonomiquement facile car on peut s’y déplacer en vélo et à pieds. D’ailleurs, même si on a un bon réseau de transports en commun, c’est argument sanitaire important : on peut s’y déplacer très facilement. Tous les grands axes et lieux importants se rejoignent à pieds. C’est extrêmement agréable à vivre. Ajouter à cela la douceur du climat, et vous obtenez un cadre quasi idéal.



Qui aimeriez-vous voir gagner les deux étapes du Tour à Nice ?


Symboliquement, j’aimerais que ce soit un Français, peu importe lequel. Et puis un Australien, car j’ai une affection particulière pour ce pays, et je pense que c’est un des pays du monde les plus fans du Tour, ils sont d’un soutien indéfectible. Le diffuseur atteint des scores d’audience incroyables pour un pays de 20 millions d’habitants, à 20 000 kilomètres d’ici et avec une course retransmise à 3h du matin pour eux. Ils le méritent, même s’ils ont une belle histoire notamment avec le Paris-Nice : Stuart O’Grady et Richie Porte l’ont remporté il y a quelques années. Ce serait beau. Mais un Français quand même ! »

22 vues
Logo vf4Bis2.png

NOUS SUIVRE

  • Twitter
  • Facebook - Gris Cercle

Par Romain & Titouan

Abonnez-vous à notre newsletter