• Romain Bougourd

Bora-Hansgrohe, la nouvelle T-Mobile

Mis à jour : sept. 1

Deuxième équipe allemande du peloton UCI World-Tour, la formation Bora-Hansgrohe alignera cette année une équipe capable de jouer sur de nombreux tableaux, à l’image de la T-Mobile de Jan Ullrich et Erik Zabel.



Les comparaisons font parfois sourire, d’autres fois agacent, mais les similitudes sont trop grandes pour que l’on ne s’y ose pas. Ex-Team NetApp jusqu’en 2014 avant que Bora (2015) et Hansgrohe (2017) ne viennent donner leur nom à l’équipe de Ralph Denk, la formation allemande a gravi les échelons un à un pour devenir aujourd’hui l’une des plus aguerries et complètes au monde. La preuve avec la deuxième place décrochée en 2019 au classement mondial UCI par équipes. Une performance qu’aucune autre formation germanique n’avait réalisée depuis… L’hégémonique T-Mobile du début des années 2000 (1ère en 2004, 2e en 2000 et 2001 et 3e en 2003).


Zoom sur les performances récentes :


Rien que le début d’année 2020 de la formation de Ralph Denk symbolise les capacités de ses coureurs, avec 4 victoires sur trois formats de courses différents : deux classiques d’une journée aux profils plats et vallonnés (Trofeo Serra de Tramuntana et la Clasica de Almeria), la première étape de l’UAE Tour au sprint massif, et le classement final du Paris-Nice. Le tout grâce à trois coureurs allemands qui incarnent le renouveau du cyclisme outre-Rhin : le sprinteur Pascal Ackermann, le puncheur-rouleur Maximilian Schachmann et le grimpeur Emanuel Buchmann. Trois « Männer » (hommes, en allemand) qui forment, avec Peter Sagan, les têtes de gondole d’une formation aux 168 victoires sur le circuit mondial depuis 2010, dont 47 en 2019.

Parmi ces 47 levées de bras, trois étapes du Giro, une du Tour, une sur la Vuelta, deux sur le Paris-Nice ou encore quatre sur le Tour du Pays Basque. Bref, de janvier à octobre, la Bora-Hansgrohe est présente, et gagne. Preuve d’une polyvalence quasi unique en son genre.


Un effectif polyvalent et talentueux :


Car la formation allemande regorge de talents et joue la victoire sur tous les tableaux : au sprint, avec Pascal Ackermann et Peter Sagan, en haute montagne avec Emanuel Buchmann, sur des classiques valonnées avec Maximilian Schachmann, sur les pavés avec Sagan et Daniel Oss. Bref, le directeur Ralph Denk a de quoi faire et l’élaboration des calendriers des coureurs n’est pas une mince affaire. Barré par Sagan sur le Tour, Ackermann doit se « contenter » du Giro et de la Vuelta. Rares sont les formations disposant d’autant de cartes dans leur jeu. De quoi, évidemment, rappeler la T-Mobile de Jan Ullrich, Erik Zabel et Andreas Klöden. Si Emanuel Buchmann ne considère pas Ullrich comme son modèle, il rêve évidemment d’égaler son illustre compatriote et de devenir le deuxième Allemand vainqueur du Tour de France. Ou au moins d’accrocher un podium, pour égaler Andreas Klöden, 2e du Tour en 2004 et 2006.

"Après avoir fait 4e du Tour l'an passé, l'objectif en 2020 ne peut être que le top 3" Emanuel Buchmann à VéloFuté

Klöden, vainqueur du Paris-Nice en 2000, a d’ailleurs également inspiré Maximilian Schachmann, surprenant mais impressionnant vainqueur d’une course du soleil raccourcie cette année. Quant à Peter Sagan, sept fois maillot vert sur le Tour, il est le digne successeur d’Erik Zabel. Recordman de l’histoire de ce classement spécifique avec 6 tuniques, l’Allemand a été devancé par le Slovène en 2019. Mais il le devance encore au nombre de monuments, avec 4 Milan-San Remo remportés en 1997, 1998, 2000 et 2001. Une course que Sagan n’arrive pas à remporter. Ses succès au Tour des Flandres en 2016 et sur Paris-Roubaix en 2018, ainsi que ses trois titres de champion du monde lui laissent tout de même une grande place dans l’histoire, et nul doute qu’il essayera de poursuivre sa moisson cette année.


Une polyvalence qui devrait se poursuivre dans les années à venir, tant l’équipe allemande prépare bien l’avenir. En rapatriant cette saison un des plus gros espoirs du cyclisme allemand, le jeune coureur Lennard Kämna (23 ans), Bora-Hansgrohe construit et poursuit sa philosophie, entre espoirs du vivier national et stars internationales. Egalement âgé de 23 ans, l’Autrichien Patrick Gamper possède aussi un profil prometteur, tandis que l’Italien Matteo Fabbro (25 ans), recruté cette saison en provenance du Team Katusha-Alpecin, affiche déjà de jolies références (13e du Tour d’Oman et 14e du Tour de Pologne 2019). Nul doute que Bora-Hansgrohe trustera encore les podiums dans les années à venir.


Nos attentes :


En alignant sur le Tour 2020 trois de ses stars avec Peter Sagan, Emanuel Buchmann et Maximilian Schachmann, nos attentes sont très élevées pour la formation allemande. Le sprinteur slovaque devrait une fois encore, sauf accident comme en 2017, revenir en vert à Paris, avec certainement une voire plusieurs victoires d’étape. 4e l’an passé, Emanuel Buchmann vise cette année le podium du classement général. Mais la concurrence semble plus dense et relevée que jamais, avec de nombreux coureurs a priori plus solides que l’Allemand (Roglic, Bernal, Froome, Pinot) et le top 3 semble difficile à atteindre. Nous le voyons tout de même bien installé dans le top 10, certainement à l’entrée du top 5.


Enfin, Maximilian Schachmann, vainqueur de Paris-Nice à 26 ans, a décidé de disputer le Tour pour tester sa capacité à jouer, à l’avenir, le général des Grands Tours. Une ambition peu compatible avec celle de son compatriote Buchmann à l’avenir, mais pas encore cette année. Reste à savoir s’il sera son loyal et fidèle lieutenant, ou s’il jouera le rôle d’électron libre pour chercher les étapes, voire le maillot à pois. Vous l’aurez donc compris, c’est encore une fois sur tous les tableaux que devrait se jouer le Tour 2020 de la Bora-Hansgrohe. Plutôt palpitant.

Sélection pour le Tour de France : Peter Sagan, Emanuel Buchmann, Gregor Mühlberger, Lennard Kämna, Maximilian Schachmann, Lukas Pöstlberger, Felix Grossschartner, Daniel Oss

Chance de victoires : 11/21

Chance remporter un maillot distinctif : 9/10


#TMobile #Bora #Borahansgrohe #Buchmann #Ullrich #TDF #TDF2020 #Schachmann #cyclisme #Vélo #VeloFute

62 vues
Logo vf4Bis2.png

NOUS SUIVRE

  • Twitter
  • Facebook - Gris Cercle

Par Romain & Titouan

Abonnez-vous à notre newsletter