• Titouan Lallemand

Victor Campenaerts : L'appel de la montagne

Mis à jour : août 5

Ce n'est un secret pour personne, Victor Campenaerts est un rouleur. L'un des meilleurs du monde. Le Belge est l'un des leaders de l'équipe NTT Pro Cycling, seule équipe africaine professionnelle. Il est détenteur du record de l'heure, établi en avril 2019, avec une moyenne impressionnante de 55 km/h. Mais, à 28 ans, il semble depuis cette année vouloir briller sur un autre terrain.


En effet, depuis le début de saison, Campenaerts a l'air décidé d'écouter l'appel de la montagne. Apparu plus mince dès le début de saison, il s'est montré à l'aise lors de l'ascension de Jabel Hafet, où il a terminé en compagnie de coureurs comme Wout Poels. De plus, il a passé trois semaines à dormir dans une tente qui permet de simuler une altitude de 4700 mètres. L'intéressé a expliqué à Sporza l'intérêt de cette démarche : "4700, c'est aussi l'altitude à laquelle vous permettez à votre corps de produire énormément de globules rouges tout en ayant encore de l'énergie pour le faire". Il est depuis allé encore plus loin, puisqu'il a reconnu passer 1h par jour en simulation à une altitude de 10 000 mètres. Une démarche pour le moins originale, qui permet de se poser des questions sur ce changement radical de préparation et au but de celui-ci. Devenir un rouleur - grimpeur à l'image des Froome, Dumoulin ou Wiggins ? C'est ce que nous pensons. Il était pourtant loin de cet objectif en début de carrière.


Zoom sur sa carrière :


Le Belge a commencé sa carrière professionnelle au sein de l'équipe Topsport Vlaanderen où il a passé deux saisons. S’il n'a pas eu de résultats fantastiques, il a tout même eu quelques bons résultats, comme une 16e place au championnat du Monde du contre-la-montre. Une manière déjà de comprendre ses qualités. Fort de se résultats, il signe dans l'équipe LottoNL-Jumbo, où son profil de rouleur est encore plus clair. Il décroche sa première victoire sur un contre-la-montre lors du championnat de Belgique du chrono, avant de finir successivement 2e du championnat d'Europe du CLM et 5e du Championnat du Monde CLM. Il remporte même le titre de champion d'Europe l'année suivante.


Il signe en 2018 chez Lotto-Soudal, où il double la mise au championnat d'Europe et fini dans le top 5 de 10 des 12 contre-la-montre auquel il participe, dont une médaille de Bronze au Championnat du monde CLM. Il est cependant très loin du compte en montagne, où il finit régulièrement au delà de la 100e place.


Son arrivée chez NTT Pro Cycling marque donc un changement clair dans l'esprit de Campenaerts, qui ne veut plus être défini uniquement comme un rouleur. Si il finit tout de même 6e du contre-la-montre de Paris-Nice remporté par Soren Kragh Andersen, sa belle montée sur l'UAE Tour nous interpelle. Alors, verrons nous bientôt le Belge en avant en montagne ?


Son profil :


Puissant, il est avant tout un excellent rouleur, comme nous l'avons vu plus haut. Mais ses performances récentes, sa minutie en matière de préparation et sa volonté de simuler du temps en haute montagne nous incite à croire à une évolution dans son profil. Il faut se rappeler que Bradley Wiggins était, avant de remporter le Tour en 2012, un pur rouleur qui finissait le Tour d'Italie 2008 à la 134e place par exemple. La capacité des rouleurs à créer des Watts a été pour l'équipe Sky déterminante dans leur envie de boulverser l'ordre établi. Un rouleur, si il perd du poids et s’entraîne en montagne, peut réussir en montagne (en résumant de manière assez simple). Les exemples sont nombreux : Wiggins, Froome, Dumoulin, Porte, Thomas. La quasi totalité venant de l'équipe Sky, devenue Ineos. Alors, Campenaerts veut-il et parviendra t-il à suivre la même voie?


Nos attentes :


Pour le Tour, nous l'attendons évidemment sur le contre-la-montre de la Planche des Belles Filles. La première partie pourrait lui être favorable et l'ascension ne serait pas forcément pénalisante si ses progrès en montagne se confirment. Sinon, nous l'imaginons bien dans une longue échappée, partant en solitaire à l'image d'un Thomas De Gendt.


Le reste de sa saison sera centré sur le Tour d'Italie, où il y aura trois contre-la-montre. Il devra notamment faire face à Remco Evenepoel, lui aussi très doué dans l’exercice. Nous devrions aussi le voir dans la sélection pour les championnats du Monde du Contre-La-Montre.


Pour nous aider, n'hésitez pas à partager l'article sur les réseaux sociaux.


#TDF #TDF2020 #campenaerts #Campenaerts #NTT #nttprocycling #Giro

37 vues
Logo vf4Bis2.png

NOUS SUIVRE

  • Twitter
  • Facebook - Gris Cercle

Par Romain & Titouan

Abonnez-vous à notre newsletter