top of page

Cinq exploits sur Liège-Bastogne-Liège

Place à Liège-Bastogne-Liège, la classique ardennaise la plus vallonnée et la plus prestigieuse. La "Doyenne", quatrième Monument de la saison, s'offrira à un coureur complet capable de venir à bout de la longue course d'usure qui s'annonce. Théâtre d'exploits, elle a offert aux fans d'épiques moments de vélo et consacré aussi bien des cadors du peloton que des vainqueurs surprises. Nous vous proposons donc de découvrir ou redécouvrir cinq exploits qui ont marqué l'histoire récente de la course.




1 - Andy Schleck en démonstration - 2009


Andy Schleck signe en 2009 la première grande victoire de sa carrière en allant s'imposer en solitaire à Liège. A tout juste 23 ans, le jeune Luxembourgeois concrétise tous les espoirs placés en lui, notamment après une 2ème place sur le Giro 2007, un Tour de France 2008 remarqué et surtout une 4ème place sur LBL 2008.

Andy Schleck arrive sur la Doyenne 2009 gonflé à bloc et confiant après sa 2ème place sur la Flèche Wallonne quatre jours plus tôt. Conscient de ses limites au sprint face à des clients comme Valverde ou Gilbert, il doit privilégier l'offensive sur un parcours qyi s'y prête ! C'est à 20km de l'arrivée, dans la côte de Roche-aux-Faucons, que le coureur de la Saxo Bank va forcer son destin. Une accélération qui foudroie le groupe des favoris avant de le voir revenir sur Gilbert, parti en contre peu avant, puis le déposer. Schleck insiste et l'écart augmente rapidement. La course est pliée et tandis que Franck Schleck, présent dans le groupe des favoris, lève le pouce face caméra pour acter la victoire de son petit frère, Andy a lui tout le temps de savourer son triomphe en arrivant à Ans.


2 - Vinokourov débloque le compteur de la T-Mobile - 2005


Plutôt discret depuis le début de la saison, Vinokourov a surgi au meilleur moment pour non seulement remporter la doyenne des classiques, mais aussi pour signer le premier succès de la saison pour sa formation T-Mobile, poussant ainsi un vrai "ouf" de soulagement.

Sous pression, le kazakh va parfaitement répondre aux critiques et offrir un moment de cyclisme à tout point de vue épique. Voulant éviter le scénario de l'année précédente et une arrivée groupée, il passe à l'attaque à 65km de l'arrivée et rejoint Jens Voight dans la côte du Rosier. Les deux fuyards s'entendent pour maintenir l'écart avec les poursuivants et abordent la côte de Saint-Nicolas en tête. Vino tente alors de se défaire de l'infatigable allemand mais doit se résigner à attendre le sprint pour l'emporter.

A la sortie de l'ultime virage, Vinokourov lance son sprint et prend la tête. Il doit batailler ferme pour lever les bras et signer une victoire prestige à Ans. Cette victoire magistrale suffit à faire de son printemps un succès.


3 - Bettini et Mapei signent le doublé - 2002


Révélé en 2000 en remportant la Doyenne, il confirme deux ans plus tard en inscrivant une deuxième fois la classique à son palmarès. Carton plein pour sa formation, la Mapei, puisqu'il a devancé son équipier Stefano Garzelli, les deux hommes signant un doublé retentissant, exploit jamais réalisé depuis Merckx et Van Schil (Faema) en 1969.

C'est Garzelli d'ailleurs qui dynamite le peloton en attaquant dans la côte de la Vecquée à cinquante kilomètres du but, entraînant avec lui douze autres coureurs. C'est à nouveau lui qui fait éclater le groupe de tête dans la côte de Saint-Nicolas. Personne ne réagit derrière. Bettini se dresse alors sur ses pédales et rejoint son coéquipier. L'écart est fait. Les deux Italiens poursuivent leur effort, basculent en tête et filent vers l'arrivée à Ans. A l'approche du dernier virage, les héros du jour se serrent la main et décident de jouer la victoire au sprint. Bettini, plus rapide dans l'emballage final, lève les bras, tout comme Garzelli, 2ème et pourtant le plus fort sur l'ensemble de la journée. L'opportunisme de Bettini a fait la différence. Ivan Basso complète le podium.

Le Toscan, qui comptait parmi les pointures du peloton, même si la richesse de l'effectif de la Mapei ne pouvait lui permettre d'être privilégié, est bien devenu une pièce maîtresse dans les Ardennaises !



4 - Gilbert 2011 / Valverde 2015 - seul contre tous


C'est avec le statut de favori que Gilbert et Valverde se sont imposés sur Liège. Attaqués et isolés par la force collective des formations concurrentes, ils ont forcé leur talent pour répondre présent et s'imposer en patron.

Philippe Gilbert a réalisé une saison 2011 exceptionnelle, réalisant un incroyable triplé sur les Ardennaises dont Liège-Bastogne-Liège constitue le sommet épique.

Au départ de la Doyenne cette année-là, le Belge en est le favori incontesté. Il vient d'imposer sa loi sur l'Amstel et la Flèche Wallonne et se présente donc à Liège en vue d'un triplé historique.

Les cadors du peloton vont buter sur un Gilbert injouable. A 20km de l'arrivée, dans la côte de La Roche aux Faucons, les frères Schleck dynamitent la course et s'isolent en compagnie du Belge. Ils tentent de décramponner ce dernier dans la côte de Saint-Nicolas mais doivent rapidement constater leur échec, Gilbert se permettant un contre avant le sommet mettant en difficulté le cadet de la fatrie Schleck. C'est finalement à trois qu'ils arrivent à Ans pour la victoire finale. Intercalé entre Andy et Franck, Gilbert déboîte dans le dernier virage et signe un sprint net et un triplé légendaire. Attendu comme le héros à Liège, Gilbert a parfaitement répondu aux attentes en s'imposant de la plus belle des manières !


Si les Ardennaises 2015 sont marquées par la révélation de Julian Alaphilippe, elles sont surtout la confirmation qu'à 35 ans, Valverde demeure le meilleur puncher du monde. En remportant sa troisième Doyenne, il conclut une campagne ardennaise magistrale avec une 2ème place sur l'Amstel et une troisième victoire sur la Flèche Wallonne.

Au départ de Liège, Valverde a évidemment "la pancarte". Il est l'homme à battre.

C'est une course débridée à laquelle on va assister. Elle se décante à 78km de l'arrivée avec l'offensive de grande envergure d'Astana dans la Côte de Stockeu. Les attaques et les contres se succèdent. En surnombre, Fuglsang et Nibali pour Astana, Caruso pour la Katusha tentent chacun à leur tour de forcer la décision. Au pied de la montée finale à Ans, ils sont encore une quinzaine à jouer la gagne. Sous la flamme rouge, Moreno (Katusha) attaque et créé un écart qui semble alors irrémédiable. Portant son effort à 500 mètres de l'arrivée, il rejoint Moreno avant l'ultime virage et on assiste à un regroupement en tête. Encerclé par les Katusha, Moreno et Rodriguez, qui ont bien joué le coup, il se défait de la concurrence et s'impose au sprint devant Alaphilippe et Rodriguez. Roi des Ardennaises, Valverde concluait là une campagne qu'il avait survolé.



5 - La surprise Jungels - 2018


9 ans après Andy Schleck, c'est un Luxembourgeois qui lève les bras sur Liège-Bastogne-Liège ! Bob jungels a parfaitement profité de la force collective de la Quick-Step pour s'imposer en solitaire et signer la plus belle victoire de sa carrière.

On attendait la consécration d'Alaphilippe, déja victorieux quatre jours plus tôt sur la Flèche Wallonne, mais la surprise est finalement venue de son coéquipier.

La course a du mal à s'emballer et les favoris tardent à bouger. C'est finalement à 20km de l'arrivée que Gilbert lance les hostilités, dans la côte de la Roche aux Faucons. Jungels prolonge son action en plaçant une attaque à son tour, permettant ainsi d'écrémer ce qu'il rete alors du peloton. Au sommet, une vingtaine de coureurs est dans sa roue. Positionné en tête, il va placer une attaque "en facteur" et filer en solitaire jusqu'à l'arrivée. Derrière, les favoris battus s'observent et réagissent trop tardivement, la présence d'Alaphilippe empêchant toute poursuite ou collaboration. Jungels fait parler ses qualités de rouleurs pour maintenir un écart suffisant avant d'aborder l'ultime rampe à Ans. Il s'impose en solitaire et signe un succès prestigieux, achevant ainsi une campagne de classiques ardennaises quasi parfaite pour la formation Quick-Step !




679 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Коментарі


Notez l'article
Je n'aime pasPas superBienParfaitJ'adore
bottom of page