top of page

Wout Van Aert : 2024, une année décisive

Wout Van Aert, un nom qui résonne avec éclat dans le monde du cyclisme, a déjà marqué de son empreinte l'histoire de ce sport. Son adaptabilité et sa polyvalence remarquables l'ont mené sur tous les fronts. Quels sont les défis à venir alors qu'il se retrouve à un tournant de sa carrière en 2024 ? Décryptage.


Wout Van Aert : 2024, une année décisive

Début de carrière : des résultats marquants pour Wout Van Aert


Wout Van Aert a débuté sa carrière professionnelle en s'imposant rapidement comme un coureur polyvalent, capable de briller sur différents terrains. Dès ses premières années, il a su montrer son talent dans les courses de cyclo-cross, remportant le Championnat du Monde à trois reprises (2016, 2017, 2018), un exploit qui annonçait déjà la couleur de ce que serait sa carrière sur route.

Son passage au cyclisme sur route a été tout aussi impressionnant. Dès 2018, il a commencé à se distinguer dans les Classiques, des compétitions qui exigent à la fois endurance et tactique. Sa victoire sur les Strade Bianche en 2020, suivie d'un succès monumental sur Milan-San Remo puis d'un autre à l'Amstel Gold Race en 2021, a démontré sa capacité à dominer sur les parcours mixtes, combinant parfois routes escarpées et parcours vallonées.


Ses performances sur plusieurs éditions du Tour de France, où il a remporté plusieurs étapes dans des sprints massifs (notamment sur les Champs Elysées, paradis des sprinteurs), contre-la-montre ou sur les pentes du Ventoux face à des spécialistes de la discipline, a consolidé sa réputation de coureur ultra complet. On peut rajouter ses prestations XXL sur des parcours flandriens avec des podiums sur Paris Roubaix et sur le Ronde et des victoires sur l'E3 entre autres. En 2022, il fut même capable d'être maillot vert sur Paris Nice, le Dauphiné et le Tour (avec 9 top 10) tout en faisant podium sur Liège-Bastogne-Liège. Polyvalence extrême.


La polyvalence : un atout aux allures de faiblesses ?


La capacité de Van Aert à exceller dans un large éventail de spécialités cyclistes est sans doute ce qui le distingue le plus. Du contre-la-montre, où il a prouvé être un des meilleurs mondiaux (2 x 2ème ITT World), aux sprints, en passant par les classiques flandriennes et même les étapes de montagne, il a démontré une polyvalence rare. Cette aptitude à être compétitif sur tous les fronts est une qualité quasi unique, faisant de lui un atout précieux pour son équipe, en tant qu'équipier.


Cependant, cette même polyvalence a soulevé des questions sur sa capacité à se spécialiser et semble le perturbé dans son rôle de leader. En cyclisme, exceller dans tous les domaines peut parfois mener à une dispersion des efforts, qui peut s'avérer contre-productive dans la quête de victoires dans les grandes compétitions, où la spécialisation est souvent la clé. La fatigue cumulée en jouant la victoire sur toutes les courses peut conduire à un degré de fatigue et un manque de fraîcheur par instant. De plus, en termes d'entrainement, que doit-il vraiment faire ? Malgré ses succès indéniables, certains observateurs se demandent si une focalisation sur des domaines spécifiques n'aurait pas permis à Van Aert de remporter encore plus de titres majeurs, notamment sur les Flandriennes où son profil semble le plus adéquat avec ses capacités hors norme. Comme l'indique le graphique ci-dessous, Wout possède le ratio le plus bas (qui reste très satisfaisant) des mastodontes du peloton qui semblent eux, se spécialiser un peu plus que lui. Avec 41% de victoires sur ses Top 3, Wout chute souvent face aux spécialistes en question, qui eux, remportent de grandes victoires victoires dans leurs domaines de prédiléction, à l'instar de son rival de toujours, Mathieu Van der Poel.


graphique ratio top 3 victoires peloton 2024

Wout Van Aert à un tournant de sa carrière en 2024 : L'âge et l'avenir


À l'aube de ses 30 ans, Wout Van Aert se trouve à un tournant de sa carrière en 2024. L'âge de 30 ans est souvent considéré comme le pic pour un cycliste, après lequel les performances peuvent commencer à décliner, même si dans le cyclisme moderne, c'est moins vrai pour l'âge de déclin. Cependant, cela reste une période charnière, surtout dans un contexte de spécialisation croissante et l'émergence de nouveaux talents jeunes et affamés de victoires.


Face à ces nouveaux défis, Van Aert doit faire des choix stratégiques sur la direction à donner à sa carrière. Va-t-il continuer à embrasser sa polyvalence ou opter pour une spécialisation qui pourrait lui offrir de nouvelles victoires prestigieuses ? La compétition est féroce, et bien qu'il reste un coureur extrêmement compétitif, le risque d'une fin de règne est réel si des ajustements ne sont pas faits. On sent d'ailleurs qu'il a commencé à réfléchir à cela tant il a délaissé le volet cyclocross cette année et a choisi de mettre de côté le Tour de France pour les Jeux Olympiques. Des choix forts, enfin, pour mettre toute les chances de son côté car il le sait, une année sans grandes victoires, la 4e d'affilée, deviendrait problématique compte tenu de sa réputation et des attentes autour de lui. De là à même imaginer un futur loin de Visma pour enfin se libérer de ses contraintes d'équipier ? Peut-être.


Ce qui rendrait sa saison réussie


A nos yeux, l'année du Belge serait réussie s'il parvenait à remporter un Monument flandrien qui le fuit depuis toutes ces années. Que ce soit le Ronde, où il devra faire face à son éternel rival Mathieu Van der Poel entre autres, ou sur Paris Roubaix, Wout entrerait définitivement chez les très grands. A l'heure actuelle, on pourrait presque être déçu tant on annonçait pour lui une série de Monuments pavés. Surtout qu'il souffre clairement de la comparaison avec Van der Poel, qui depuis 2020 a remporté quatre Monuments et un titre mondial. D'autres victoires pourraient venir à lui même si on ne l'imagine pas remporter des championnats du monde (ITT ou route) en 2024, étant donné qu'il a un peu délaissé l'effort solitaire cet hiver.


Dans tous les cas, si Wout Van Aert ne remporte pas de courses majeures en 2024, serait-il encore pertinent de le citer parmi les "fantastiques" du cyclisme, titre qui est lié aussi à la capacité de gagner et d'écraser la concurrence ? Ce que Wout ne fait plus depuis quelques temps. Et si, au-delà des résultats, il venait à avoir un niveau sportif décevant, il faudra peut-être même envisager une fin de cycle pour le Belge.


La question qui demeure : comment va-t-il s'adapter pour briller un peu plus dans le firmament du cyclisme mondial ?

1 108 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comments


Notez l'article
Je n'aime pasPas superBienParfaitJ'adore
bottom of page