• Titouan Lallemand

Stan Dewulf, la relève flandrienne ?

Il était l'un des espoirs au sein de l'équipe Lotto-Soudal. Stan Dewulf a rejoint l'équipe AG2R Citroën Team cet hiver. En intégrant une formation tournée de manière très claire vers les classiques, avec en son sein deux leaders belges, le coureur de 23 ans a tout pour apprendre et progresser. Décryptage.

Voir un espoir belge quitter aussi vite l'une des meilleures formations du pays, la Lotto Soudal, est assez rare. C'est pourtant le cas de Stan Dewulf. Le jeune homme a vu dans ce transfert une opportunité de poursuivre sa progression : "Après cinq années avec Lotto Soudal, je suis prêt à débuter une nouvelle étape dans ma carrière ! J’ai rapidement accroché avec le projet de l’équipe et je sais que j’ai encore des choses à apprendre sur les classiques." Entouré de Naesen et Van Avermaet cette saison, il est difficile de remettre en cause son choix. De quoi franchir un cap dès cette année ? Nous le pensons.


De belles promesses chez les jeunes :


On a rapidement compris que Stan Dewulf serait un coureur de classiques. De Flandriennes plus particulièrement. Sa victoire en 2018 sur Paris-Roubaix espoir fut assez révélatrice de ses capacités. Dès les juniors, Dewulf terminait déjà sur le podium de l'Enfer du Nord, à la 3e place, à 17 ans. Il finit la même année 2e des championnats d'Europe sur route juniors, devant des coureurs comme Marc Hirschi, échouant d'un rien au sprint dans un petit groupe. Des juniors aux espoirs, Paris-Roubaix est resté son objectif. Il est monté au fur et à mesure en puissance, jusqu'à cette fameuse victoire en 2018. Une performance qui finira d'attirer les plus grandes équipes, dont la Lotto Soudal, qu'il rejoint en tant que stagiaire avant de signer pro.


Arrivé chez les pros, Dewulf a évidemment un rôle d'équipier qui lui permet cependant de découvrir certaines classiques pavées. Il parvient par ailleurs à faire quelques top 10 au sprint, démontrant une petite pointe de vitesse.


Dans une saison 2020 marquée par le Covid, le jeune Belge ne se met pas particulièrement en valeur, abandonnant notamment sur le Tour des Flandres mais il nous surprend sur la Flèche Brabançonne. Au cours d'une course très agitée, par Van der Poel, Cosnefroy et Alaphilippe notamment, il parvient à s'accrocher au groupe de poursuivants et termine à une très belle 11e place. Capable de suivre sur les pavés, il aura aussi su résister dans les courtes mais pentues côtes du parcours. De bon augure pour cette saison, même s‘il devra probablement rouler pour ses leaders.


Son profil : un Flandrien très polyvalent


Sans aucun doute, sa spécialité, ce sont les pavés. Gagner Paris-Roubaix, même en junior, amène quelques certitudes sur son profil, même si un coureur peut évoluer au fil de sa carrière. On attend évidemment confirmation, mais son choix de passer chez AG2R Citröen semble montrer sa volonté de poursuivre sur cette voie.


Outre les pavés, Dewulf possède une belle pointe de vitesse. Pas assez rapide pour remporter un sprint massif pour le moment, mais suffisante pour régler un petit groupe. Un atout de choix sur les classiques. Il semble aussi capable de bien passer les bosses. Il a su montrer, notamment sur la Vuelta, que les courtes ascensions ne semblaient pas lui faire peur, même s‘il est loin des meilleurs dans ce domaine.


Nos attentes : Top 20 sur les Flandriennes


Clairement, son rôle d'équipier ne lui permettra pas de briller autant qu'il l'espère mais cela lui offrira l'occasion d'essayer d'accompagner le plus loin possible ses leaders Van Avermaet, Naesen voire Jungels. De ce fait, nous espérons le voir terminer dans les 20 sur les classiques, avec pourquoi pas un top 10 à Travers Les Flandres. Sa 32e place sur le GP Samyn était encourageante. Il pourrait aussi jouer sa carte sur la Flèche Brabançonne, comme l'an dernier, même si là aussi il aura sur le papier des leaders pour qui travailler.


Dans le futur, nous l'imaginons prendre le relais de Naesen et Van Avermaet, dans un profil très similaire au premier cité. Après avoir gagné Roubaix chez les espoirs, remporter la course chez les pros serait un bel aboutissement.

Les classiques canadiennes pourraient aussi être un objectif pour lui tout comme les Strade Bianche. Et pourquoi pas décrocher une victoire d'étape sur un ou des Grands Tours.


A suivre...



163 vues

Posts similaires

Voir tout