• Titouan Lallemand

Remco Evenepoel : 20 ans et déjà grand

Mis à jour : août 5

Après une première partie de « vie » en tant que footballeur dans les équipes jeunes d’Anderlecht, du PSV Eindhoven puis de Malines, le jeune Remco a décidé d’aller voir du côté de la Petite Reine et de survoler les routes (et ses adversaires) plutôt que les terrains verts. Depuis qu’il a choisi le vélo, Remco repousse toutes les limites.

Dès sa première année il remporte sept courses, et puisque visiblement ça n’est pas assez, il remporte la majeure partie des courses sur lesquelles il s’aligne en 2018. Il en profite par ailleurs pour remporter le titre de champion d’Europe junior du contre-la-montre puis de réaliser, sur sa lancée, le doublé sur la course en ligne en terminant avec plus de 10 minutes d’avance sur son dauphin. Deux mois après, il s’impose une première fois sur les championnats du monde de contre la montre puis remporte la course en ligne et ce malgré une chute à 72 kilomètres de l’arrivée. Il se permettra de descendre de vélo sur la ligne pour le porter au ciel et célébrer son titre de champion du monde à la manière d’un cyclocross man (ou d’un Philippe Gilbert au Tour des Flandres 2017…). Interrogé à son sujet, le « Cannibale » Eddy Merckx (le plus grand cycliste de tous les temps et de loin…) aura les mots suivants à son égard : «Je pense qu’il est meilleur que moi. J’espère que le nouveau Merckx est arrivé. Remco est évidemment un énorme talent. Il gagne tout et n’a aucun adversaire. Il n’a vraiment plus rien à apprendre dans cette catégorie junior.»


Son début de carrière :

Passé professionnel, il prend part, le 3 août 2019, à sa première classique (la Clássica San Sebastián). D’abord distancé par les favoris, il reviendra finalement, s’échappera, puis déposera son compagnon d’échappée dans la dernière ascension pour s’imposer et devenir ainsi à 19 ans et 7 mois le plus jeune vainqueur d'une course World Tour. S’en suivront alors un titre de champion d'Europe du contre-la-montre sur route élite à Alkmaar puis une deuxième place sur les championnats du monde contre-la-montre la même année. Son début de saison 2020 est tonitruant. Il participe à deux courses à étapes, certes de niveau continental, mais tout de même. Si la concurrence était moindre sur le Tour de San Juan, celle sur le Tour d'Algarve était de taille. Nibali, Lopez, Schachmann, Mollema, des grands noms du cyclisme mondial tous mis à mal par le prodige belge. Deux victoires d'étape en plus du général et voilà Remco invaincu en 2020.


Que dire alors de la concurrence en Burgos ? On attendait donc avec impatience la reprise afin de pouvoir observer le Belge face aux meilleurs en montagne et nous n'avons pas été déçus. Son coup de force sur la 3e étape du Tour de Burgos a rayé les quelques doutes que nous pouvions avoir sur sa capacité à grimper, dès cette année. Attention tout de même à ne pas trop s'emballer, car c'est une course de reprise, où tous les coureurs n'ont pas le même état de forme. Il faut aussi rappeler que les bordures durant l'étape ont probablement joué en sa faveur mais cela ne retire en rien la performance du jeune garçon, qui poursuit sa razzia en 2020 et devrait remporter le Tour de Burgos, ce soir. S’il écrase déjà tout sur son passage, Remco est-il vraiment le nouveau Merckx ? Seul l’avenir nous le dira…


Son profil :


Remco est avant tout un spécialiste de l’effort solitaire et même si il a affiché une belle qualité de punch en Algarve il doit encore prouver en haute montagne si il veut prétendre à des victoires en Grand Tour. Sa victoire sur le Tour de Burgos ne nous laisse que peu de doutes sur sa capacité à grimper mais l'ascension faisait moins de 10 kilomètres. Il a en tous cas montré des qualités impressionnantes dans les courtes ascensions et montre une régularité exceptionnelle pour son âge. Grimpeur, rouleur, puncheur. Remco semble pouvoir jouer sur tous les fronts, entre les classiques et les GT.


Nos attentes :


Sa première participation à un Grand Tour aura lieu cette année lors du Giro d’Italia et il sera forcément très observé. Si Remco a montré une détermination sans faille et une grande soif de victoires, il devra encore prouver qu’il peut répéter les efforts jour après jour en montagne pour prétendre à une belle place au classement général final. Tenir trois semaines est bien différent de cinq jours. En est-il capable dès cette année ? Plus rien ne nous semble surprenant avec lui, alors pourquoi pas ? Attention tout de même à bien gérer son pic de forme, car le Giro est encore dans 2 mois.


Dans les prochaines années, un choix devra peut-être être fait, soit par Remco (changer d’écurie), soit par son équipe (se renforcer pour l’accompagner vers les sommets) s’il veut pouvoir se présenter sur la première marche du podium sur les Champs Elysées. L'ADN de l'équipe repose sur les classiques et il est difficile d'imaginer qu'elles soient mises de côté, même si c'est pour le général du Tour.


Ecrit par Charlie GR

Pour nous aider, n'hésitez pas à partager l'article sur les réseaux sociaux :)


#TDF #Giro #VueltaBurgos #Evenepoel #Remco #evenepoel #deceuninck #CLM


48 vues
Logo vf4Bis2.png

NOUS SUIVRE

  • Twitter
  • Facebook - Gris Cercle

Par Romain & Titouan

Abonnez-vous à notre newsletter