Kuurne - Bruxelles - Kuurne 2022 : Présentation et favoris

L'année 1945 ne sonne pas que la fin de la Seconde Guerre mondiale. A degré moindre d'importance, c'est également l'année de création d'une des premières classiques belges de la saison : Kuurne-Bruxelles-Kuurne. Sa position précoce dans le calendrier UCI annonce le démarrage des classiques flandriennes. Elle reste néanmoins une course peu connue du grand public. Nous partons en terre flamande pour décrypter KBK qui aura lieu le 27 Février 2022.

Présentation Kuurne-Bruxelles-Kuurne / KBK2022

Depuis une trentaine d'années, la classique belge est la deuxième course du week-end d'ouverture en Belgique. Elle se déroule au lendemain du Het Nieuwsblad. Placée en fin d'hiver, les conditions sont parfois très difficiles. Finies les courses exotiques, place au vrai combat flandrien.


L'histoire : une course hivernale


Comme son nom l'indique, la classique était initialement un "aller retour" entre la petite ville Kuurne, connue pour son textile, et la grande ville de Bruxelles. Au niveau marketing, on ne s'embêtait pas à l'époque pour choisir le nom des courses. En 1968, la capitale belge ferma ses routes aux courses cyclistes. La délocalisation avait lieu dans les Ardennes flamandes, entrainant un changement de nom : « Omloop der beide Vlaanderen » (Circuit des deux Flandres). En effet, le circuit passait par les Flandres orientales et les Flandres occidentales. Le nom était une évidence (merci encore le service marketing) ! Néanmoins, le prestige initial de la course poussa les organisateurs à revenir au nom d'origine : Kuurne-Bruxelles-Kuurne. Et ce malgré la non traversée de la capitale belge... Vous avez dit loufoque ?


Dans son passé, la course a subit les dégâts des hivers rugueux du "pas si plat" pays belge. A trois reprises, la course fut annulée (1986, 1993 et 2013). En 2010, elle aurait dû être annulée mais a finalement été maintenue tout juste après le passage de la tempête Xynthia. La course fut raccourcie de 20km ; des troncs d'arbres jonchés sur les routes et des pluies torrentielles avaient coupé les voiries. Le vent violent et les précipitations décimèrent le peloton. 26 des 195 coureurs initialement au départ arrivèrent (on a trouvé pire que Paris Roubaix 2021) C'est Bobbie Traksel (???) qui remporta ce combat contre la nature.


Côté palmarès justement, les plus grands flandriens s'y sont imposés. On retrouve les meilleurs spécialistes belges : Tom Boonen (x3), Johan Museeuw (x2), Peter Van Petegem, Andreï Tchmil, Roger De Vlaeminck (x2), Stuyven ou Nuyens. Ce sont d'ailleurs les coureurs flamands (et quelques wallons) qui ont glané la plupart des premières éditions jusqu'aux années 2000. (49 victoires sur 55 possibles).


Depuis 2000, "seules" six victoires sont floquées des couleurs noir - jaune - rouge. De grands noms du cyclisme s'y sont également imposés : Sagan, Asgreen, Mads Pedersen ou même Cavendish (x2). Désormais, cette course attire de plus en plus de cadors en recherche de condition pour les classiques flandriennes plus huppées. C'est une des épreuves incontournables pour les favoris du Ronde et de Roubaix. Il n'est pas rare de retrouver un plateau très relevé de rouleurs-sprinteurs.

Le parcours de KBK2022 : du vent, de la pluie, des pavés


Comme son nom ne l'indique pas (on l'a vu plus haut), la course ne passe plus par Bruxelles. Son départ a lieu sur l'hippodrome de Kuurne, direction les Ardennes flamandes. Quelques bosses sont au programme mais rien de bien méchant (vous vous en doutez sinon Cavendish n'aurait jamais gagné à l'époque). Le dénivelé positif n'excède pas 1800m.

La zone des monts change chaque année, mais quelques-unes des ascensions sont régulièrement empruntées, notamment l'Edelareberg, La Houppe, le Kanarieberg, le Kruisberg, le Vieux Quaremont, le Tiegemberg et le Nokereberg. Cette année encore, certains seront bien présents !

Globalement, le parcours est peu sélectif malgré ces difficultés. En effet, elles restent assez loin de l'arrivée. C'est une classique qui devrait être plutôt favorable au sprinteur mais qui peut réserver sont lot de surprises.

Les quelques secteurs pavés ne suffisent pas pour écrémer et distancer les moins spécialistes.


Météo annoncée :


La semaine s'annonce mauvaise mais il devrait faire bon Dimanche 27 Février. Peu de pluie, un peu de vent. Les conditions devraient être bonne ! Dommage pour le public, tant mieux pour les coureurs !


La dernière édition représentative (2021) :


En 2021, le Danois Mads Pedersen réglait un peloton d'une trentaine de coureurs et s'imposait au sprint devant Anthony Turgis et Tom Pidcock. 11 secteurs pavés étaient répertoriés dont le Kwaremont. Pas suffisant pour être sélectif mais bien assez pour que Pidcock soit devant des sprinteurs à l'arrivée (Trentin 4ème, ou Colbrelli 6ème avant sa transformation).

Favoris de Kuurne-Bruxelles-Kuurne :


Une start-list (plutôt starlist pour le coup) digne du World Tour ! 😱


**** Ewan


*** Jakobsen, Merlier, Colbrelli, Stuyven, Meeus


** Laporte, Pidcock, Coquard, Sénéchal, Kristoff, Mohoric


* Van Avermaet, Bauhaus, Politt, Stewart, Garcia C, Capiot, Aranburu, Lampaert, Van den Berg, Steimle, Sheffield

534 vues

Posts similaires

Voir tout