• Romain Bougourd

Etape 4 : A la découverte du soleil d’Orcières-Merlette

Directeur de l’office de tourisme d’Orcières, où arrivera la 4e étape du Tour, Jordane Juschka nous présente sa ville et sa station de ski à l’ensoleillement permanent, et raconte une relation franco-belge découlant directement du Tour de France.



Quelles sont les meilleures raisons de venir séjourner à Orcières ?


« La première raison c’est le soleil ! (Rires) C’est notre spécificité et notre point fort, vraiment. Notre station est située dans les Hautes-Alpes et fait partie du top 5 des stations d’Alpes du Sud en activité et en performance sur le volet ski. Nous sommes orientés plein sud, et on peut prendre du plaisir au soleil du matin au soir. C’est très rare de pouvoir skier au soleil de 9h à 17h. C’est notre principale force et c’est ce qui est particulièrement apprécié par notre clientèle. Elle est principalement constituée de sudistes, venant de Marseille, Aix-en-Provence, à 50%. Nous sommes la première station du sud depuis Marseille. 90% de nos clients sont Français, et les 10% venant de l’étranger sont principalement Belges, grâce au Tour de France.


Ensuite, nous sommes une station familiale par excellence. Le jardin des neiges [partie de la station entièrement dédiée et adaptée aux enfants, ndlr] a été inventé à Orcières dans les années 1970. Le cartable à la neige, également : le fait de pouvoir profiter de soutien scolaire en alternance avec des cours de ski. Cela a été inventé par une monitrice de ski dans les années 1970 à Orcières. L’accueil des familles a toujours été dans nos gênes et on le poursuit. Nous avons le label famille plus et nous continuons dans cette politique d’animation autour de l’accueil des familles. Un autre critère important est que nous proposons une grande diversité d’activités, plus de 50 au-delà du ski. C’est une grande force, même si d’autres stations élargissent leur offre. Nous avons un complexe de loisir et de détente, 16 000 m2 de surface avec piscine, toboggans, bowling, patinoire, espace spa, c’est assez conséquent. Au-delà de ça, nous avons la 2e plus grande tyrolienne d’Europe, un parc de loisirs avec des plans d’eau. Toutes ces activités font la richesse et l’attractivité de la station. Et pour donner une quatrième et dernière raison de venir à Orcières, et non des moindres, surtout avec les enjeux actuels, c’est que 50% du territoire de la commune fait partie du parc national des Ecrins. C’est une nature préservée, riche pour sa faune, sa flore et son patrimoine. Cela fait le bonheur des randonneurs l’été, et reste un attrait pour les touristes.


Qu’attendez-vous du Tour de France cette année, surtout après la crise que nous traversons ?


Le Tour est fabuleux pour une station comme la nôtre, et nous sommes vraiment ravi du maintien de l’édition 2020. En termes de notoriété via l’impact médiatique, nous sommes très confiants. On attend qu’il soit à la hauteur de toutes les éditions. On a confiance en France Télévisions et ASO dans leur capacité à produire de belles images, à mettre en valeur les territoires qui sont traversés par la Grande Boucle, pour inciter à transporter les téléspectateurs. En revanche, on a une grosse incertitude en termes de spectateurs au bord des routes. En plus de la crise, ce sera une période de rentrée scolaire le 1er septembre. Le véritable enjeu sera de mobiliser l’ensemble des acteurs pour rendre cet événement une véritable fête populaire tout en assurant les mesures sanitaires. On fera preuve d’ingéniosité, mais si nous réussissons cela, en plus de la notoriété du Tour, cela sera formidable pour nous.




Quelles sont les spécialités locales, culinaires ou autre, à Orcières, hormis le soleil ?


(Rires). Nous avons de quoi faire au niveau de l’assiette. Orcières fait partie de la région du Champsaur, une terre historiquement très riche avec beaucoup d’agriculture. Parmi nos spécialités, je vais vous parler surtout des tourtons du Champsaur, qui se mangent en sucré ou en salé. Ce sont des sortes de raviolis fris, que l’on mange en accompagnement de viande ou de poisson, mais également avec de la salade. C’est très apprécié par nos touristes. Ensuite nous avons les ravioles du Champsaur, qui ressemblent à des quenelles, on les mange en gratin. On a aussi les « oreilles d’ânes » ou la tarte du Champsaur, à base de fruits. Nous avons de nombreux produits locaux réputés. On travaille également beaucoup le génépi [plante aromatique qui sert de base à la liqueur de génépi, ndlr], et une de nos entreprises a remporté récemment une médaille au salon de l’agriculture grâce à son génépi.


Comment expliquez-vous que le Tour de France attire autant de touristes belges ?


Comme je vous le disais, c’est lié au Tour de France. J’aime raconter cette anecdote. Quand le parcours 2020 a été présenté en octobre 2019, Orcières a été présenté avec l’étape mythique de 1971. Elle est restée dans les annales et est considérée par certains experts du vélo comme une des plus grandes étapes de l’histoire du Tour. Lors de cette étape, Eddy Merckx perd le maillot jaune au sommet d’Orcières en arrivant avec plus de 8 minutes retard sur le vainqueur du jour, l’Espagnol Ocaña. Un grand duel commence et on voit Eddy Merckx perdre le Tour. Sauf que Ocaña chute dans les Pyrénées et doit abandonner. Merckx remporte finalement le Tour et à l’arrivée à Paris, il déclare devant les journalistes qu’il a perdu le Tour à Orcières. Cette phrase a amené de nombreux Belges à se rendre à Orcières, pour voir où leur héros a perdu du temps. Ils ne représentent que 10% de notre clientèle, mais elle est fidèle et on cultive ce lien depuis de nombreuses années.


Quelle partie de la montée de l’étape vers Orcières mérite particulièrement notre attention ?


L’ascension vers la station sera certainement le juge de paix de l’étape. La traversée des différents hameaux sera particulièrement agréable pour voir cette étape. Notamment les Veyers, où les épingles sont bien visibles avec des zones bien dégagées pour apprécier le passage des coureurs. »





23 vues
Logo vf4Bis2.png

NOUS SUIVRE

  • Twitter
  • Facebook - Gris Cercle

Par Romain & Titouan

Abonnez-vous à notre newsletter